Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | April 23, 2019

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Beaux livres pour Noël 2018 (1)

14 décembre 2018 |

De beaux livres, grand public ou très graphiques, pour tous les âges et tous les goûts ! C’est la sélection BoDoï de fin d’année !

(sélection réalisée avec M.Ellis)

tout-largo-winch_couvTout Largo Winch

« Le livre de référence pour tout savoir des secrets de l’homme qui vaut 10 millards de dollars. » Voilà le slogan de cette « encyclopédie illustrée » autour de la série créée par Jean Van Hamme et Philippe Francq en 1990. Dans la première partie, les auteurs Rodolphe Lachat et Antoine Maurel s’attachent à raconter les coulisses de chacun des diptyques qui composent la série, jusqu’au tome 21, où Éric Giacometti reprend le flambeau de Van Hamme. Résumé des scénarios, notes sur les sources d’inspiration (souvent dans l’actualité la plus brûlante), anecdotes sur le travail créatif et éditorial, le tout largement illustré d’extraits des albums (planches, couvertures, work in progress…) mais aussi de photos des auteurs en repérage ou en signature… La seconde partie, elle, se concentre sur Largo, héros globe trotter, séducteur, financier, aventurier, afin de présenter les lieux qu’il visite, les personnes qu’il fréquente (les femmes, surtout, toujours superbes). L’ensemble forme un tout cohérent, une somme facile à lire en picorant, ou simplement à feuilleter pour se replonger dans le dessin si précis et efficace de Philippe Francq, qui fait beaucoup du charme des aventures d’un héros né d’abord dans un roman à la couverture racoleuse comme un SAS

Par Rodolphe Lachat et Antoine Maurel. Dupuis/Huginn & Munnin, 208 p., 29,95 €.

whisky-micol_couvWhisky

Hugues Micol (Tumultes, Le Printemps humain, Terre de feu, Bonneval Pacha, Séquelles...) est l’un des auteurs les plus doués du 9e art. On le savait déjà mais le talent ne lasse jamais. Encore moins lorsque Cornélius s’y colle. Car l’éditeur a soigné le dernier livre d’illustrations de l’artiste parisien. Whisky propose ainsi un road-trip imaginaire au Mexique en cinémascope, le long du Rio Bravo, via le Colorado et le Grand Canyon. Outre le panorama d’un Far West mythifié, iconique, l’artiste livre une vision intime et personnelle de paysages ancrés dans l’imaginaire collectif, sorte de prolongement du sanglant Scalp (2017). Dans une version contemplative et picturale grâce à ce mélange de gouache et d’aquarelle, la peinture et le style révélant un Ouest âpre et violent, plein de lumières et de couleurs, nourri de mélancolie (hein Marshall Gumby!), le tout oscillant entre maîtrise de la page et spontanéité du coup de pinceau. La page de gauche, avec le titre du tableau (« Tuerie cheyenne », « Vengeance éternelle »), oriente le sens quand la page de droite image les mots, avec ironie ou évocation. C’est donc toute une culture populaire bercée d’effluves qui est convoquée dans Whisky, avec ses saloons, son désert et ses cow-boy esseulés, spectres d’un monde en train de disparaître. Mais réinventée par l’approche instinctive de l’auteur, pas loin du fauvisme et du cubisme. Grandes images et format à l’italienne constituent enfin l’écrin idoine pour sublimer la part d’un imaginaire fixé par Jean Giraud, Sam Peckinpah ou Sergio Leone, et réinterprété ici par l’excellent Micol. Somptueux !

Par Hugues Micol. Cornélius, 112 p. 37,50 €. Une exposition des originaux est visible à la galerie Arts Factory à Paris jusqu’au 19 janvier 2019.

Pulsions graphiques

pulsions_graphiques_couv

Christophe Bier, journaliste spécialisé dans le cinéma érotique, notamment, propose un excitant et atypique pavé : Pulsions graphiques. Soit une sélection de couvertures, publicités et quelques planches tirées des « PFA », petits formats pour adultes diffusés par le mythique éditeur Elvifrance de 1970 à 1992. Un éditeur cible favorite des censeurs, car il repoussa les limites de l’érotisme imprimé, dans une période de libération sexuelle qui était aussi une période de résurgence puritaine. Vu des années 2010, les images contenues dans cette délicieuse anthologie ne choquent plus vraiment, mais on comprend aisément les sueurs (froides un peu, chaudes sûrement) qu’elles déclenchèrent. On y croise des créatures aux formes généreuses, victimes de monstres, tueurs ou simples mâles concupiscents en tous genres. Ou bien des femmes fortes, dominantes, menant les hommes à la baguette. Au-delà de ces délires érotiques un brin datés, ce sont les délires tout court qui régalent les yeux, dans les mises en scène et les titres des publications. Humour, gore parfois limite, jeux sexuels osés, les couvertures d’Elvifrance ainsi alignées dans un gros volume façon dico forment un petit musée graphique réjouissant. Pour amateurs avertis seulement.

Par Christophe Bier. Cernunos, 482 p., 29,95 €.

lamour_cest_couv

L’Amour, c’est…

Un petit livre tout simple et grand public pour une bonne action. L’Amour, c’est… est un recueil de quelque 200 petites définitions de l’amour par autant d’auteurs, tels R.J. Ellory, Gilles Legardinier ou David Khara, Baptiste Beaulieu (qui signe la préface), illustrées par Jack Koch. Des aphorismes parfois naïfs, parfois malins, des paragraphes un peu niais aussi, des petits poèmes, des jeux de mots, des sentences à se répéter pour se faire du bien… Le tout associé au crayon doux sur papier kraft de Jack Koch, aux rondeurs agréables et tout publics. Rien de révolutionnaire, mais un livre mignon et sans prétention, et surtout  2 € sur chaque volume vendu sont reversés à l’association Le Rire médecin, qui forme et emploie des clowns dans les hôpitaux.

Collectif. Le Livre de poche, 432 p., 14,90 €.

peyo-une-vie-a-schtroumpfer

Peyo – Une vie à schtroumpfer

Les éditions Daniel Maghen se sont fait une spécialité des très beaux livres patrimoniaux, et surtout des « biographies en images ». Après Tillieux, Tibet, ou Will, c’est au tour de Peyo, créateur des Schtroumpfs, de Johan et Pirlouit et Benoît Brisefer. Le principe, efficace, est toujours le même : de courts textes, ici à la première personne, racontent la vie et la carrière de Peyo, mais c’est dans les dessins, surtout, que l’on parcourt cette traversée du XXe siècle. Des premiers croquis et strips du gamin Pierre Culliford, au storyboard de cinéma, en passant par des esquisses, des recherches, des pages de notes, des publicités, des dessins de couvertures… Concocté par Vincent Odin, cet ouvrage est un régal pour les yeux, et on peut l’apprécier aussi bien dans une lecture linéaire que dans un picorage ébloui. Dos toilé, beau papier mais pas trop lourd, calques de mise en couleur ou fascicule couleur… L’objet est soigné et met superbement en valeur les reproduction d’originaux. Un must.

Par Vincent Odin et Peyo. Daniel Maghen, 367 p., 59 €.

Publiez un commentaire