Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 19, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Explicite

5 mars 2015 |
SERIE
Explicite (carnet de tournage)
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
16.95 €
DATE DE SORTIE
11/02/2015
EAN
2756052612
Achat :

Si vous aviez un copain réalisateur de films X et qu’il vous proposait de tourner dans sa nouvelle production, dans un rôle habillé, que feriez-vous ? C’est ce qui est arrivé à Olivier Milhaud, scénariste jeunesse et auteur du très chouette Viandier de Polpette : quand son pote John B. Root l’appelle pour lui offrir un rôle de policier dans son prochain polar porno, Olivier se tâte, interroge son entourage, mais ne met pas longtemps à céder à la tentation de participer à un tournage pas comme les autres… Mais ce que John ne soupçonnait pas, c’était qu’Olivier profiterait des temps morts de ses trois jours de présence sur le plateau pour prendre des notes, qui serviront à écrire cet Explicite – carnet de tournage.

explicite_image1L’idée de plonger au coeur de la réalisation d’un film pour adultes était excitante. Car, même si l’on est amateur de ce genre de cinéma, on ne connaît pas forcément l’envers du décor, qu’on imagine volontiers sulfureux. Avec un ton léger, un humour sûr et sans aucune voyeurisme (chapeau !), Olivier Milhaud raconte ce qu’il a vu (et ce qu’il a imaginé), tout en ayant l’intelligence de se mettre en scène en tant qu’acteur débutant et mal à l’aise (ce qu’il est, en l’occurrence) et non en observateur/juge. Même s’il ne peut s’empêcher d’interroger techniciens et comédiens sur les détails de leur métier. On apprend donc quelques faits et habitudes du milieu du porno, on s’étonne, on rit parfois, on peut être un peu choqué… Mais, très vite, la limite du projet se fait jour, expliquée par une des actrices : un tournage de John B. Root, c’est familial, bon enfant, assez tranquille, par rapport au reste de l’industrie, qui pratique « l’abattage », c’est-à-dire un rythme de tournage de scènes hard à la limite du supportable. Dès lors, malgré quelques situations cocasses, mais pas vraiment croustillantes non plus, l’album semble manquer de corps, de tension dramatique… d’un vrai sujet, au fond. Plaisant, notamment grâce au dessin tout en légèreté de Clément Fabre, mais jamais vraiment palpitant, Explicite est une petite friandise drôle et bien tournée. Sympathique mais forcément frustrante compte tenu de la promesse initiale.

explicite_image2

 

Publiez un commentaire