Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 23, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

2 Comments

Inside Angoulême 2010, épisode 1

29 janvier 2010 |

inside_angou_1inside_angou_2Angoulême 2010, c’est parti. Hier jeudi, l’ambiance était plutôt calme, effet premier jour – et peut-être celui de l’humidité brumeuse aussi…- oblige.  Alors forcément, on se dépêche d’aller visiter les expos (à voir ici et ) et de jeter un oeil aux stands des éditeurs, avant de ne plus pouvoir mettre un pied devant l’autre à cause de la foule. Là, ce sont plutôt des mouflets qui s’agitent, courant vers le stand Dupuis pour récupérer des calots de groom en carton. D’ailleurs,  Spirou est là en chair et en os, avec de jolis cheveux blonds…

inside_angou_3inside_angou_4Dans la rue, les ballons (une  subtile référence aux bulles?) sont les stars: les rouges sont installés sur des filets au-dessus des têtes, les oranges font la pub d’une série de Soleil, les noirs ou blancs celle des BD numériques d’Ave!Comics. L’ensemble ne manque pas d’air. Aux festivaliers refroidis, Fluide Glacial propose généreusement un gobelet de soupe à la crapaudine – une ancienne variété de betterave rouge.

Le vendredi matin, je me remets d’une cérémonie d’ouverture un brin lénifiante (une présentation de bandes dessinées récemment parues ou à paraître, accompagnée d’un petit verbatim de leurs auteurs) en interviewant Ivan Brunetti, auteur du dérangeant Misery loves comedy. L’Américain goûte la douceur relative du temps – « A Chicago, ce serait le début de l’automne » – et se livre sans hésitation, transformant temporairement sa chaise en divan psychanalytique.

inside_angou_5Place ensuite à la présentation des nouveautés (pléthoriques) de Glénat, puis à une conférence de Benoît Peeters et François Rivière autour des correspondances entre les oeuvres de Hergé, Agatha Christie et Alfred Hitchcock. Benoît Peeters pointe les relations étonnamment inexistantes entre le père de Tintin et Simenon, « qui était plus Tintin qu’Hergé ne l’a été ».  Avec clarté, ce spécialiste de l’oeuvre hergéenne explique qu’Hergé n’aimait pas mettre en avant des influences populaires, comme celle d’Hitchcock (évidente dans L’Ile noire, qui renvoie aux 39 Marches). « Il préférait brandir Proust qu’Agatha Christie. » Pour François Rivière, Hergé, Alfred Hitchcock et Agatha Christie ont tous trois connu un grand succès grâce à leur lisibilité. « Ce qui ne signifie pas pauvreté, précise Benoît Peeters. Le génie de ces simplificateurs leur a permis d’aller intelligemment à l’essentiel. » La journée se poursuit par un entretien avec Edmond Baudoin à propos de sa Peau d’âne, avant une visite de l’expo Cent pour cent au Musée de la BD. Ouf. Et la soirée ne fait que commencer…

Votez pour cet article

Photos © BoDoï.

Commentaires

  1. Francois Pincemi

    Merci pour cet intéressant, même si le titre aurait pu être Inside Spirou, vu la charmante groom qui inaugurait ce fesse-tival!!
    Messieurs, appréciez l’humour calembourdeux (digne d’un Greg de la grande époque!) d’un authentique pince sans rire, eheheheheh!°)

  2. Francois Pincemi

    Merci pour cet intéressant, même si le titre aurait pu être Inside Spirou, vu la charmante groom qui inaugurait ce fesse-tival!!
    Messieurs, appréciez l’humour calembourdeux (digne d’un Greg de la grande époque!) d’un authentique pince sans rire, eheheheheh!°)

Publiez un commentaire