Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 30, 2016

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Le Club des Divorcés #1-2

23 février 2016 |
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
18 €
DATE DE SORTIE
22/01/2016
EAN
2505063109
Achat :

leclubdesdivorces_plancheOn ne présente plus Kazuo Kamimura (1940-1986), virtuose de la ligne lascive et des chroniques intimistes. Si quelques bijoux occupent déjà les étagères des amoureux de manga vintage (Lorsque nous vivions ensemble, La Plaine du Kantô, Lady Snowblood…), la production abyssale du maitre est loin d’avoir été épuisée. Diptyque dessiné au milieu des années 1970, d’une importance indéniable malgré sa traduction tardive, Le Club des divorcés nous le prouve remarquablement.

Dans une alcôve du quartier de Ginza (quartier chic de Tokyo), à deux pas des boulevards qui ne connaissent pas la crise, s’entremêlent les compagnons nocturnes. Amoureux éconduits, hommes d’affaires, artistes et parasites usent le cuir du « Club des divorcés », un verre dans une main, une hôtesse de bar dans l’autre. A travers cet établissement tenu par Yûko, mère célibataire de 25 ans – dans un contexte où divorcer est un tabou –, Kamimura campe un portrait authentique et démasqué de son époque, autant que la plus touchante galerie d’âmes désenchantées qui soit. De néons tapageurs en métaphores florales, par son trait simple et sophistiqué, l’auteur nous immerge dans un romantisme finement étudié où les compositions puissantes pointent le détail éloquent. Un regard, un mouvement, un mot. Puis une pièce vide. L’auteur, qui se glisse parfois lui-même dans ses cases, témoigne d’une rare empathie pour ses personnages, il tisse un réseau complexe entre ceux-ci mais ne reste jamais bien loin d’eux. Au fond, voilà peut-être pourquoi Le Club des divorcés touche si juste. C’est que l’on imagine sans mal Kamimura, fils d’une patronne de bar – élevant ses enfants seule à la mort de son mari – et oiseau de nuit notoire, le crayon à la main, mélancolique, sur la banquette fatiguée d’un lieu caché de Ginza.

RIKON CLUB © 2013 by KAZUO KAMIMURA

leclubdesdivorces_planche2

Publiez un commentaire