Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 21, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Les + du blog: REVUE DE PRESSE

22 octobre 2006 |

QUAND LE MANGA FAIT UN BIDE
Virgin« Le manga, il n’y a plus que ça », est la rengaine à la mode. Le quotidien Le Parisien, qui se fait fort d’être dans le sillage de tout ce qui bouge, a donc envoyé, confiant, un reporter assister à la première nuit du manga organisée jeudi soir par le Virgin Megastore des Champs-Élysées. Voici ce qu’a vu Charlotte Moreau :
Tokyo Tribe« La manifestation débutait par une dédicace de l’auteur superstar au Japon, Santa Inoue, tout juste publié en France par Glénat… Il n’y avait pas foule. Une dizaine de personnes parquée le long de cordons de sécurité inutiles. Patientant derrière un rideau, l’invité vedette s’en amuse : « Je vais devoir rester assis sans que personne ne vienne. Avec les clients qui font leurs courses dans le magasin sans prêter attention à moi… » Allez, tout le monde a bien commencé un jour, Inoue le sait : « j’ai connu ça au Japon. C’est une première étape incontournable. »
« Face au manque d’affluence, Laurent Muller l’éditeur de « Tokyo Tribe 2 », reste songeur : « Le bouquin vient de sortir et l’auteur n’est pas spécialement connu en France… Mais on ne sait pas si la communication autour de l’événement a été bien faite. »*
C’est souvent le problème dans ce genre de rencontres. Il y a quelques mois une poignée de dessinateurs, accompagnés d’un scénariste ayant pourtant sa place au Soleil, a préféré annuler une rencontre dans une Fnac de la région parisienne Pas un seul amateur n’avait pointé le bout de son nez pour les écouter.
Une star comme Rosinski, il y a deux ans, a parlé – bd Saint-Germain !- devant une poignée de parisiens. Sans d’ailleurs, en vrai pro, manifester la moindre irritation. Aucune affiche en vitrine, aucun panneau n’annonçait sa venue. Raison invoquée par les responsables du magasin : le contenu des vitrines est négocié avec les marques, pas question d’y apposer une affiche qui ferait de l’ombre à leurs produits.
Evidemment…

* Le Parisien, édition du vendredi 20 octobre 2006.

Tags

Publiez un commentaire