Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | August 19, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

2 Comments

Les Meilleurs Ennemis #1 ***

30 août 2011 |

les_meilleurs_ennemis_couvbienPar David B. et Jean-Pierre Filiu. Futuropolis, 20 €, le 25 août 2011.

Le sous-titre de cet ouvrage est explicite : « Une histoire des relations entre les États-Unis et le Moyen-Orient ». Voilà l’exercice auquel se livrent le dessinateur David B. et l’universitaire et spécialiste de l’islam et des relations internationales, Jean-Pierre Filiu. Après un prologue en forme de parabole, reprenant un épisode de la légende de Gilgamesh, ils déroulent près de deux siècles d’Histoire, de 1783 et la lutte contre les pirates de Méditerranée à 1953 et le reversement du Premier ministre iranien Mossadegh, fomenté par la CIA.

les_meilleurs_ennemis_image1Riche et passionnante, cette bande dessinée historique conte donc les relations entre la première puissance mondiale (qui ne l’a pas toujours été) et un Orient d’abord effrayant, puis sous la coupe européenne. Avant de laisser s’installer l’Amérique, son anti-communisme et ses porte-avions. L’argent et la peur sont au coeur de ces relations amour-haine entre deux mondes et deux cultures bien différents. Les grands idéaux laissent ainsi souvent la place à la parole (et aux mensonges) de quelques hommes, la course à la domination politique et stratégique primant évidemment sur le bien-être des peuples. Jean-Pierre Filiu prend bien garde de ne pas accabler l’un ou l’autre camp, pointe les responsabilités de part et d’autre, démonte les mécanismes des mouvements politiques avec la rigueur d’un historien et la clairvoyance d’un spécialiste de l’Orient. David B. illustre ce récit avec sa classe habituelle, marchant sur des sentiers graphiques qu’il connaît bien (la guerre avec La Lecture des ruines notamment, l’histoire européenne du XXe siècle avec Par les chemins noirs, le Moyen-Orient avec Les Chasseurs de trésor…).

Petit bémol tout de même: cet ouvrage plutôt long (120 pages) s’apparente souvent plus à un texte illustré qu’à une bande dessinée et sa lecture est parfois un peu éprouvante, par une certaine monotonie dans le rythme. Mais on apprend tant de choses, dans un style limpide et efficace, qu’on pardonnera aisément aux auteurs ce petit défaut.

bouton_nbd
Achetez Les Meilleurs Ennemis T1 sur Fnac.com
Achetez Les Meilleurs Ennemis T1 sur Amazon.fr

les_meilleurs_ennemis_image2

Commentaires

Publiez un commentaire