Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 24, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

One Comment

Mermaid Project #1 ***

5 octobre 2012 |

picto-critique-V3-3mermaid_couvPar Fred Simon, Corine Jamar et Leo. Dargaud, 13,99€, le 28 septembre 2012.

Avouons-le, on a soupiré quand on a vu arriver ce nouvel album de Leo. Parce que, après l’avoir beaucoup aimé (à travers les cycles d’Aldébaran et de Bételgeuse notamment), on a regretté qu’il s’obstine à vouloir répéter les mêmes coups, en exportant sa formule à succès — une planète inconnue, des animaux bizarres et inquiétants — jusqu’à plus soif.

mermaid_1Heureusement, après les déceptions causées par Antarès, Terres lointaines ou Survivants, il parvient à se renouveler. Pour imaginer le scénario de Mermaid  Project, il s’est associé à Corine Jamar. Leur héroïne, Romane Pennac, vit dans un futur où les rapports de classes se sont inversés : les Blancs sont désormais parmi les plus pauvres et les moins éduqués. Les mégalopoles sont peu entretenues, la tour Eiffel a été sérieusement amputée. Inspectrice de police parisienne, Romane lutte pour se faire respecter par ses collègues. Plutôt futée, elle se met à creuser le cas d’Algapower, une société américaine qui emploie son frère jumeau, et mène d’étranges expériences sur des dauphins… Si le trait de Fred Simon, agréable et lisible, ne déborde pas de personnalité, celle de la jeune enquêtrice se révèle rapidement intrigante. Plutôt déterminée, Romane se montre faillible, attachante. Et l’on se laisse surprendre par un récit retors, aux rebondissements inattendus. Qui certes, laisse un brin sur sa faim à l’issue de ce premier tome, mais laisse augurer de péripéties assez captivantes.

mermaid_2

Achetez-le sur Fnac.com
Achetez-le sur Amazon.fr
Achetez-le sur BDFugue.com

Commentaires

  1. Francois Pincemi

    L’ idée d’un futur proche où les hommes de couleurs se sont accaparés les postes intéressants est originale et vient à point nommé quand on parle de racisme anti-blanc à la télé. Je précise que dans cet album, ce sont les blonds qui subissent le plus de discriminations, notamment parce que l’on reproche à leurs ancêtres d’avoir ruiné la planète, en pillant ses matières premières. C’est la revanche du Sud sur le Nord, donc! Un concept écolo, assez peu abordé en BD.

Publiez un commentaire