Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 3, 2022















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Moi, antibalaka. Une révolution paysanne

15 mars 2022 |
SERIE
Moi, antibalaka. Une révolution paysanne
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
12.90 €
DATE DE SORTIE
12/01/2022
EAN
2343239762
Achat :

Le travail de L’Harmattan BD et de son directeur, Christophe Cassiau-Haurie, pour faire découvrir la BD des Afriques n’est pas assez salué. La production de ce continent reste largement inconnue malgré une histoire ancienne, des festivals et éditeurs locaux, et une nouvelle génération prenant pleinement sa place sur le marché des webtoons.

moi-antibalaka_imageParmi les quelques auteurs qui commencent à être connus en Europe, le Centrafricain Didier Kassaï occupe une vraie place (voir notamment nos chroniques de Tempête sur Bangui tome 1 et tome 2), mais voici qu’arrive un album parlant des mêmes zones de conflits, avec le même nom, mais un tout autre trait. Et pour cause : la postface nous apprend que les quatre frères Kassaï font de la bande dessinée, et voici donc Florent, dont c’est le premier album publié en France.

Nous sommes ici plongés dans le village Bohong, situé au Nord-Ouest de la Centrafrique. Un lieu où les différentes ethnies coexistaient sans mal, partageant le grand marché, jusqu’à ce que les rebelles de la coalition Séléka renversent la capitale et lancent une guerre civile. Zao, jeune villageois dont les deux parents ont été victimes de la milice et, prend les armes avec d’autres anciens habitants. Cette lutte rurale, méconnue sur nos territoires, est racontée sans fard. La douleur est partout, bien que quelques espoirs persistent, et il se pourrait que les agressés deviennent agresseurs, risquant d’enclencher un cycle infernal.

Si le dessin est parfois un peu maladroit, et certaines reproductions assez floues, la transmission des scans ne devant pas être simple, le choix narratif nous plonge dans le cœur des concernés et est traité avec une belle efficacité. En quelques pages, un simple villageois qui pense aux amourettes se mue soudain en guérillero luttant avec des frères d’armes improvisé. Un portrait dramatique, mais particulièrement réaliste, qui met en lumière un de ces nombreux conflits bien trop absent de nos médias.

 

Publiez un commentaire