Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 19, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

6 Comments

Mon chat à moi **

15 décembre 2008 |

mon_chat_a_moi.jpg

pasmal.jpgCollectif. Delcourt, 13,95 €, le 26 novembre 2008.

Hommage aux matous avec ces onze histoires courtes, qui tantôt caressent les chats dans le sens du poil, tantôt leur donnent quelques coups de griffe. Amateurs de chiens ou allergiques aux boules de poils s’abstenir car, même si l’ouvrage est habillé d’humour et d’émotion, le gâtisme guette. Les félinophiles, par contre, frétilleront comme un mistigri à l’approche de sa gamelle de croquettes. Cet album collectif s’ouvre sur une histoire mignonnette dédiée à MissiFuz, chatte passive et endormie le jour qui se transforme en fée du logis la nuit. mon_chat_a_moi_case.jpgLe trait joliment illustratif de Pau laisse ensuite la place à plus original, comme le court récit de Yannick Corboz (scénarisé par Nicolas Pothier, notre pinailleur en chef), qui met en scène un prisonnier dessinant des chats sur les murs de sa cellule. Ou le drame muet de Colonel Moutarde, qui revisite le récent Echange de Clint Eastwood – film sur l’enlèvement d’un petit garçon – à la sauce «miaou».

Quelques-unes de ces histoires sonnent creux (les gags de Philippe Larbier tombent à plat, ceux de Jenny sont attendus), mais de bonnes surprises montrent leur truffe : la guerre des nerfs entre un chien et deux félidés imaginée par Chloé Cruchaudet – qui signe la couverture du livre -, ou le martyre involontaire d’un chaton par Jérôme Jouvray. Un recueil inégal, mais attachant.

Acheter Mon chat à moi sur Amazon.fr

Commentaires

  1. Je précise juste que l’histoire du martyr du chaton, c’est une œuvre de Jérôme Jouvray et non de moi ! Mais c’est pas bien grave !

    Mes amitiés

  2. Je précise juste que l’histoire du martyr du chaton, c’est une œuvre de Jérôme Jouvray et non de moi ! Mais c’est pas bien grave !

    Mes amitiés

  3. Oups, pardon ! On corrige de suite…

  4. Oups, pardon ! On corrige de suite…

Publiez un commentaire