Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 18, 2021















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Noblesse #1

28 juin 2021 |
SERIE
Noblesse #1
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
14.95 €
DATE DE SORTIE
09/06/2021
EAN
2382880279
Achat :

noblesse_imageAprès 820 ans, le Maître s’éveille, dans un cercueil immaculé posé dans un immeuble de bureaux flambant neufs. Allure de rock star, mention gothique, regard lugubre, cheveux longs et noirs, crucifix à l’oreille, il débarque dans un monde qui n’a rien à voir avec le sien. Il prend alors l’apparence d’un lycéen (enfin, il passe juste un uniforme) et s’incruste dans l’établissement dirigé par un certain Frankenstein (!), son bras droit. Qui lui révèle que les humains règnent sur la Terre, que les vampires font profil bas, et que les jeunes du moment aiment les jeux vidéo. Qu’est-ce qui sera le plus difficile pour le Maître, désormais ? Reconquérir sa place de prince des ténèbres ou apprendre les codes sociaux de la jeunesse coréenne du XXIe siècle ?

La collection Kbooks des éditons Delcourt, dédiée aux webtoon (BD en ligne, coréennes principalement, diffusées en VF sur la plateforme Verytoon), s’est ouverte avec la tête de gondole Solo Leveling. Une saga ludique et horrifique, véritable carton de librairie, en bonne partie grâce à sa forte communauté de lecteurs sur écran. Noblesse arrive juste après, auréolé d’un vrai succès en version webtoon, nous dit-on. Mais alors que Solo Leveling était déjà assez décevant, cette nouvelle série touche le fond. Graphisme ultra figé, décors au vide camouflé par des effets de lumière ou de motifs improbables, dialogues d’une rare pauvreté, gags et vannes qui tombent toujours à plat, fautes d’orthographe, choix de transposition du découpage numérique vers le papier parfois approximatif… Et que dire des personnages d’un niveau de caricature ou de ridicule rarement atteint, tels le directeur du lycée avec sa longue chevelure blonde de licorne, le gardien/prof principal (on ne sait pas trop s’il est l’un ou l’autre ou les deux) aux allures de molosse, les deux enquêteurs vampires qui ne sont ni drôles ni flippants (alors qu’ils voudraient être les deux)… Quant au scénario, qui oscille entre le fantastique gothique et la comédie de décalage (le roi des démons, raide comme la justice, n’a jamais mangé de nouilles, ne sait pas où dormir, se fait exploser aux jeux vidéo…), il est tellement prévisible et poussif qu’on pourrait ne lire qu’un page sur quatre sans rien perdre de l’intrigue.

Le tout dans un volume luxueux à 14,95 €, lu encore plus vite que n’importe quel manga : la cerise qui pique sur un bien mauvais gâteau.

Publiez un commentaire