Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 18, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

4 Comments

Petite revue de presse #35

13 novembre 2009 |

Au menu cette semaine: des comptes d’apothicaires; de jolis croquis; de la nostalgie; des super-rabbins; une princesse; et du numérique.

Angoulême or not Angoulême : le feuilleton de l’automne

Suite du feuilleton sur la crise budgétaire du Festival d’Angoulême (FIBD), avec plutôt des bonnes nouvelles. Cette semaine, le journal Sud-Ouest titre « Martin Hirsch à la rescousse du festival de la BD d’Angoulême ». Il précise que le Haut Commissaire aux solidarités actives et à la jeunesse accorderait une subvention d’État comprise entre 55 000 et 75 000 €, subvention qui n’avait pas été versée lors de la précédente édition. rp35_angoulemeUne bouffée d’oxygène, mais qui ne comble pas encore le déficit estimé à 140 000 € par Frank Bondoux, délégué général du FIBD. Sud-Ouest ajoute cependant: « La communauté d’agglomération du Grand-Angoulême, dont la subvention annuelle au FIBD culmine à 55 200€ (contre un million d’euros pour la seule ville d’Angoulême), se dit toutefois prête à faire un effort sous conditions. » Ces deux pistes de financement de dernière minute –  et peut-être d’autres à venir – devraient assurer la tenue de la manifestation dans les remparts d’Angoulême cette année.

Mais qu’en sera-t-il pour les années suivantes ? Le maire Philippe Lavaud, qui en avait appelé aux éditeurs pour qu’ils s’investissent davantage dans le financement du festival, s’est vu opposé une fin de non-recevoir. Selon La Charente libre, le groupe BD du Syndicat national de l’édition, présidé par Louis Delas, patron de Casterman, s’est fendu d’un courrier dans lequel il souligne que les éditeurs s’investissent autrement que par la location d’espaces sous les bulles: faire venir des auteurs, monter des stands attractifs, etc. Une opération de communication importante, dont la rentabilité est loin d’être prouvée. Pour Casterman, elle se monte à 250 000 € selon Louis Delas. La Charente Libre cite également Claude de Saint-Vincent, grand patron de Médias Participations (Dargaud, Dupuis, Le Lombard, Kana…): « Cette histoire pourrait être la goutte d’eau que certains éditeurs qui s’interrogent déjà sur leur présence attendaient. (…) C’est le festival qui permet à Angoulême d’exister sur la carte médiatique. C’est quand même un véritable exploit d’y réunir plus de 200 000 personnes chaque année, presque autant qu’au Salon du livre à Paris. C’est aussi lui qui a permis d’en faire la cité de l’image. Voir Angoulême scier la branche sur laquelle elle est assise nous semble un peu étonnant. »

rp35_clone_warsPour ceux qui n’auraient pas tout suivi sur ce trépidant feuilleton, vous pouvez lire cet article, ainsi que cette revue de presse.

Des dessins de Star Wars Clone Wars

Juste un petit mot pour dire aux fans de Star Wars et de concept art de dessins animés qu’ils peuvent jeter un oeil à la galerie d’images proposée par Empire. À l’occasion de la sortie d’un beau livre sur la série d’animation The Clone Wars par Titan Books, le site britannique vous dévoile quelques jolis croquis et travaux préparatoires. Ça fait toujours plaisir.

Des vidéos sur Pif et Vaillant

Lecteurs nostalgiques ou passionnés par le patrimoine du 9e art, allez jeter un oeil aux vidéos de Gadgetus le magicien, sur les années Vaillant et Pif. Et notamment celle-ci, dans laquelle le génial Baru évoque ses lectures enfantines, un exemplaire de Vaillant à la main.



rp35_casherBD casher

Voici sans doute un bon filon pour des auteurs en manque d’inspiration et/ou d’argent. La bande dessinée sans sexe, ni violence rencontre en effet un certain succès dans les communautés de juifs orthodoxes en Israël, car elle est « une distraction acceptable et un moyen d’élever les enfants selon la tradition », rapporte l’AFP (via Le Figaro). Des super-héros inspirés de personnages bibliques ou de gentils rabbins sont les têtes d’affiche de ces BD qui ravissent les parents: « Les gamins adorent lire ce genre de livres et en même temps ils s’instruisent, explique un papa. Ce n’est pas facile d’enseigner la Bible à des enfants. » Dans cette optique, c’est sûr qu’il vaut mieux qu’ils s’abonnent au nouvel hebdo BD Casher que de se plonger dans La Genèse par Robert Crumb

rp35_dianaUn comics sur Diana de mauvais goût ?

Le député Eric Raoult ne l’a pas encore fait, mais il devrait peut-être exiger que Bluewater Comics exerce un devoir de réserve… Cette éditeur américain a lancé une série intitulée Female Force, consacrée aux femmes d’influences, et qui compte par exemple des volumes sur J.K. Rowling et Stephanie Meyer (les créatrices d’Harry Potter et Twilight). Rien de spécial à dire là-dessus, mais son récent comics sur la princesse Diana a déclenché quelques réactions outrées, relève le site Actualitté. La BD reprend les moments clés de la si passionnante vie de Lady Di, jusqu’à son accident de voiture à Paris, ainsi que son larmoyant enterrement. « C’est dégoûtant, s’insurge la co-fondatrice du Diana Circle UK, Margaret Funnell, dans le Daily Express. (…) Ils auraient pu faire ça avec de belles histoires. Ils n’avaient pas besoin de s’abaisser à ça (…) N’importe qui avec un brin de jugeote et de l’amour pour Diana détestera ça. » Oui, sans doute ceux qui aiment les bonnes BD aussi…

La phrase de la semaine

Elle est d’Eric Derian/Turalo, le dessinateur du Blog de Franquin, bande dessinée née sur le net, devenue livre papier et retirée des rayons pour cause de conflit avec Marsu Productions. rp35_turaloIl s’exprime longuement sur ActuaBD sur son album au sort malheureux mais surtout donne son point de vue sur le développement de la bande dessinée numérique. Un point de vue qui, selon moi, semble bien résumer la tendance du moment: « La bande dessinée va s’adapter ultra-naturellement aux supports. Le problème, c’est que les supports sont très fluctuants actuellement et qu’on n’est toujours pas dans une version définitive de ce que sera le livre numérique. Peut être qu’on essaie de mettre la charrue avant les bœufs de tous les côtés, mais bon. On se pose beaucoup de questions techniques, mais pas beaucoup de questions artistiques et créatrices.« 

Images © Jorge Fidel Alvarez / 9e ART+ /  ™ & © 2009 Lucasfilm Ltd. All Rights Reserved / BD Casher / Bluewater Productions / Baptiste Gilleron

Commentaires

  1. Turalo a totalement raison, on essaye de tout faire rentrer dans un support donné (en ce moment l’iPhone) au détriment du contenu, ce n’est même plus le débat de la supériorité de la forme sur le fond, mais du contenant sur le contenu…

    En même temps, rien n’empêche d’expérimenter en dehors du format imposé, et plutôt sur les spécificités apporté par le format numérique par rapport au format papier, quelque soit la bécane ou sa taille.

    En cela, Balak et moon sont des pionniers.

  2. Turalo a totalement raison, on essaye de tout faire rentrer dans un support donné (en ce moment l’iPhone) au détriment du contenu, ce n’est même plus le débat de la supériorité de la forme sur le fond, mais du contenant sur le contenu…

    En même temps, rien n’empêche d’expérimenter en dehors du format imposé, et plutôt sur les spécificités apporté par le format numérique par rapport au format papier, quelque soit la bécane ou sa taille.

    En cela, Balak et moon sont des pionniers.

Publiez un commentaire