Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | March 21, 2019

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Saint Rose à la recherche du dessin ultime

7 mars 2019 |
SERIE
Saint Rose à la recherche du dessin ultime
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
16 €
DATE DE SORTIE
06/03/2019
EAN
2754824103
Achat :

Santorin Saint Rose est un détective aventurier comme seul Hollywood savait les faire, dans les années 30-40. Et c’est à lui que le dessinateur Hugues Micol confie la mission de retrouve un dessin réalisé une nuit, dans les vapeurs d’alcool, clef d’un envol artistique malheureusement dérobé par un personnage mystérieux. Micol, Saint Rose et sa fine équipe s’embarquent alors pour Macao, et croiseront sur leur route des pirates sanguinaires, un milliardaire à perruque, de flics bodybuilidés, et de tout une galerie de personnages hauts en couleurs.

saint-rose_image1Après un western âpre et un beau livre, Hugues Micol revient en très grande forme avec une aventure loufoque et jouissive, qui ne souffre d’aucun temps mort. Hommage aux grands récits d’aventures des années 1950 et aux histoires de SF de la décennie suivante, mais aussi réflexion narquoise sur la vie d’un auteur de bandes dessinées aujourd’hui au sein d’une vorace et vaine société du spectacle, Saint Rose à la recherche du dessin ultime brode une narration absurde comme de la haute couture. Rien n’est impossible et c’est toujours l’improbable qui advient. Une fois qu’on l’a accepté, dès les premières pages et l’irruption d’une poule au bec plein de dents – et qui n’est pas un personnage secondaire sans intérêt –, on se prend alors au jeu et on se laisse emporter par ce tourbillon de scènes sans queue ni tête. On poursuit Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir, on trinque avec Scarlett Johansson, et on dévore cette aventure irrésistiblement drôle à la suite d’un auteur qui manie l’autodérision avec grand talent. Car si le Micol de l’histoire cherche son « épiphanie » picturale envolée, le « vrai » Micol propose un dessin ultra maîtrisé, dans un style tout en mouvements, grimaces et clins d’oeil, avec des planches foisonnantes et jamais figées. Les couleurs d’Isabelle Merlet comptent aussi pour beaucoup dans la réussite de cet ouvrage, donnant à chaque séquence une identité propre, à la limite de l’onirisme et de l’exotisme, sans jamais nuire à la cohérence générale et à la lisibilité. On referme le livre essoufflé par cette excitante cavalcade, avec une seule envie : que Saint Rose reparte tout de suite à l’aventure !

saint-rose_image2

Publiez un commentaire