Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | July 22, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

The Long and Winding Road

2 novembre 2016 |
SERIE
The Long and Winding Road
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
29 €
DATE DE SORTIE
05/10/2016
EAN
2875803166
Achat :

Ulysse enterre son père, Lucien. Qui a pour dernière volonté d’être incinéré et voir ses cendres dispersées au large l’île de Wight en Angleterre. Ulysse, sur le point de divorcer et la bedaine en forme, n’a jamais eu de liens forts avec lui. Pire, il en garde plutôt l’image d’un petit bourgeois lâche et égoïste. Mais le jour de l’enterrement, surprise, il y a foule. Et le lendemain, il reçoit un colis du défunt l’invitant à effectuer le voyage à l’île de Wight à bord d’un combi Volkswagen, comme en 1970…

Tlong_2656220486he Long and Winding Road, chronique familiale douce-amère et voyage intime, invite à suivre le chemin d’Ulysse sur les traces de son père. Flanqué de trois « vieux fourneaux », il  va apprendre à connaître ce mystérieux géniteur et se révéler à lui-même, de surprises en expériences initiatiques, bercé par le vieux moteur d’un combi hors d’âge et d’une playlist très rock. L’occasion de faire un bilan de milieu de vie…

Une histoire simple, cohérente et pleine de sentiments, qui fleure bon les luttes politiques, les expériences musicales sous drogue et la quête d’idéal entre souvenirs joyeux et révélations familiales, sur le ton de l’humour pudique et des amours manqués. Les nombreux personnages sont ainsi attachants ou amusants – les vieux surtout, réacs, chamans ou utopistes – jusqu’au clap de fin car le format, 180 pages, laisse aux auteurs la liberté de les creuser et de les multiplier sans perdre le lecteur. À l’aise à tous points de vue, dans les décors et les expressions, Ruben Pellejero (Dieter Lumpen, Loup de pluie…) s’accorde au ton du récit dans des teintes sobres et réussies. Si l’album est donc plutôt émouvant, on reste toutefois un peu sur sa faim. La faute à quelques scènes presque gratuites (celle de la maison de maître habitée par une nymphomane et une panthère) et, globalement, à une impression de déjà-vu. Sympa donc mais classique.

long_int7

 

Publiez un commentaire