Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 22, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

10 Comments

The Spirit: Frank Miller au bord du ridicule

10 décembre 2008 |

spirit_samuel.jpgÇa y est, on l’a vu. Il est tout de noir vêtu (sauf la cravate), il est très costaud, parle d’une voix rauque et débarque sur les écrans français le 31 décembre prochain. C’est lui, c’est le Spirit ! Adapté de la légendaire série de Will Eisner, le film est signé Frank Miller, créateur de Sin City et 300, deux bandes dessinées déjà adaptées au cinéma. Sauf que dans ces deux cas, les types derrière la caméra étaient des cinéastes chevronnés (Robert Rodriguez et Zack Snyder). Pour The Spirit, Frank Miller est tout seul. Et en roue libre.

Au départ, on se croirait dans un Batman tendance Tim Burton, avec musique onirico-grandiose et décor urbain glauque. Un type en noir saute d’immeuble en immeuble et monologue sur la relation intime qu’il entretient avec sa ville. spirit_danseuse.jpgPuis il y a de la bagarre, et on commence à sentir la patte graphique de Miller: projection de sang, utilisation de couleurs vives (blanc, rouge) en surimpression. Et là, tout bascule. Le Spirit et Octopus se balancent des beignes à n’en plus finir jusqu’à se battre à coups de chiottes en porcelaine. Frank Miller vient de franchir la frontière de la parodie et ne pourra plus revenir en arrière.

Dès lors, The Spirit ne cesse d’alterner aventure de super-héros visuellement forte et pastiche de bandes dessinées des années 30 à 60 (avec des références à Chester Gould, Steve Ditko ou Jules Feiffer). Fort drôles par moments (le discours de Samuel L. Jackson déguisé en nazi et l’apparition d’une danseuse du ventre « from Paris »), ces séquences décalées éloignent le film de l’univers sombre sur lequel il semblait miser. D’autant que Frank Miller multiplie quelques scènes grandiloquentes et kitsch, sans le moindre gramme d’humour (voir ces horribles passages où le héros se glisse dans les bras de l’ange de la Mort…).

spirit_scarlettvseva.jpgLes acteurs non plus ne semblent pas savoir sur quel pied danser, et s’en sortent tant bien que mal. Dans le registre humoristique, Scarlett Johansson bat Eva Mendes à plates coutures; niveau glamour, à vous de voir. Côté garçon, le héros, interprété par Gabriel Macht, qui arbore de faux airs de Tom Cruise sous son masque, est finalement bien fadasse.

Bref, on ne passe pas un mauvais moment en compagnie du Spirit, on rit même souvent. Mais, en sortant de la salle, on se dit qu’on a tout de même vraiment perdu son temps, et que ce pauvre Frank Miller mettra un moment à se relever de cette prestation ridicule.

The Spirit. Par Frank Miller. Avec Gabriel Macht, Samuel L. Jackson, Scarlett Johansson, Eva Mendes… 1h45. Sortie le 31 décembre 2008.

Images © Sony Pictures Releasing France


Commentaires

  1. je n’ai pas vue le film et je pense que si une jour je le vois ce sera sur TF1,un dimanche soir pour passe le temps… merci Mr Miller.

  2. je n’ai pas vue le film et je pense que si une jour je le vois ce sera sur TF1,un dimanche soir pour passe le temps… merci Mr Miller.

  3. ro'

    je vois que ce film a de trés mauvaise critique que je toruve absolument pas fondé,pour moi c’est un tés beau film d’un point de vue référenciel,acteurs,graphisme… Ainsi je trouve que l’ambiance qui en ressort est trés belle…

  4. ro'

    je vois que ce film a de trés mauvaise critique que je toruve absolument pas fondé,pour moi c’est un tés beau film d’un point de vue référenciel,acteurs,graphisme… Ainsi je trouve que l’ambiance qui en ressort est trés belle…

Publiez un commentaire