Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | April 29, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Tokyo Kaido #1

7 février 2017 |
SERIE
Tokyo Kaido
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
15 €
DATE DE SORTIE
02/02/2017
EAN
2353480942
Achat :

tokyo-kaido-1-extraitLe Dr Tamaki mène des recherches dans un établissement soignant les troubles du cerveau. Ses sujets d’étude : Hashi, 19 ans, incapable de se retenir de dire à haute voix tout ce qu’il pense ; Hana, 21 ans, prise d’orgasmes inopinés ; Mari, 6 ans, inapte à percevoir d’autres êtres humains qu’elle-même et Hideo, 10 ans, ne ressentant pas la douleur et persuadé d’être un super-héros. Malgré leurs différences, des affinités finissent par naitre au fil d’un quotidien insolite.

Sa bande-annonce défile sur fond de Public Image, du groupe P.I.L. Effectivement, Tokyo Kaido parle de l’image que chacun renvoie de soi et de la difficulté à composer entre personnalité publique et facette privée. Que se passe-t-il lorsque le masque social tombe ? Lorsque l’intime s’immisce dans l’espace public, telles les pulsions sexuelles incontrôlées d’Hana ? Ou lorsque notre perception du monde diffère drastiquement de la norme ? Il devient malaisé de vivre en société. Si la différence peut illuminer l’existence, elle peut aussi handicaper sévèrement : souvenons-nous de Nicolas de Staël, ce peintre synesthète pour qui la perception du son évoquait des couleurs et qui, à la suite de stimuli à l’intensité insupportable couplés à un état de fragilisation, a écourté ses jours en se jetant dans le vide – une image qui trouve un écho dans la série de Mochizuki… L’étrangeté doit-elle se cultiver, avec les risques que cela comporte, ou faut-il vivre dans un milieu aseptisé où chacun se comprend mais se ressemble ? N’existe-t-il pas un entre-deux ?

Avec son héros dont les cheveux masquent le visage, ses plans serrés sur des détails anatomiques et sa douce folie, la trilogie à paraître Tokyo Kaido (2008-2010 au Japon) annonce Chiisakobe, tout en prolongeant l’une des thématiques principales de Dragon Head : les altérations cérébrales et leur conséquence sur la capacité à accepter le monde. Comme une sorte de Vol au-dessus d’un nid de coucou à la japonaise, parée d’un graphisme à l’élégante limpidité et suscitant, à tour de rôle, sourires et mélancolie.

Tokyo Kaido © Minetaro Mochizuki / Kodansha

 

okyo-kaido-1-extrait2

Publiez un commentaire