Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 17, 2019















Retour en haut de page

Haut de page

One Comment

Trois BD d’été à ne pas manquer

1 juillet 2019 |

Zoom sur trois albums qui évoque des instants d’été, entre nostalgie, drame, tendresse et sourire. Parce que l’été, ce n’est pas seulement le farniente sur une plage, c’est aussi un moment où se construisent des personnalités et des destins.

Par Rémi I. et Benjamin Roure

Un Ete sans maman CouvUn été sans maman

Par Gregory Panaccione. Delcourt/Shampooing, 19,99€.

Cette année, la petite Lucie part en vacances sans sa maman. Déposée un jour de pluie chez un couple de sa connaissance, la petite fille commence ses vacances de manière morose. Heureusement, le temps changera en même temps que l’attrait de la fillette pour l’environnement inconnu et intrigant qui l’entoure. Commence un été qui sera fascinant et extraordinaire.

Après 3 récits en auteur complet (Toby mon ami, Âme perdue et Match), Grégory Panaccione avait laissé le scénario à d’autres (Un Océan d’amour, Qui ne dit mot, Chronosquad, Minivip & Supervip). Avec Un été sans maman, cet authentique Charlie Chaplin de la bande dessinée revient avec son premier récit en solo depuis 5 ans. Et ce récit quasi muet est l’un de ses meilleurs albums. Il faut dire que l’auteur italien a développé depuis des années une dextérité incroyable à construire des récits silencieux et incroyablement éloquents. Ceux qui ont déjà lu ses œuvres précédentes reconnaîtront sa patte sans pareille, mais aussi des personnages, qui reviennent tels des acteurs.

Dans ce one-shot, il se mélange ingénieusement réalité et fantastique. Le récit prend le temps de poser son histoire et se développe délicatement. Plein de tendresse et d’attention avec ses personnages et son environnement, l’auteur est un virtuose de la narration et du découpage. Un charme sourd, drôle et attendrissant parcourt les pages. Moments dramatiques, magiques, touchants et comiques se suivent dans un cheminement surprenant et interrogateur. Le trait séduisant a une lisibilité parfaite et fait preuve de beaucoup d’expressivité. Plus cristallin qu’à l’accoutumée, il est mis en valeur par des lavis numériques sobres rappelant l’esthétique charmante de Pistouvi.

UN ETE SANS MAMAN INT.indd

Dans cette ode à l’enfance et à l’imaginaire, impossible de ne pas penser à la fibre onirique de Totoro ou Ponyo sur la falaise du réalisateur japonais Hayao Miyazaki. Mais derrière ses atours merveilleux et enchanteurs, Un été sans maman aborde aussi la solitude et l’absence. Le propos y est dramatique, mais jamais triste. Ce conte traversé par un hommage à un tragique événement de 1947 est chargé d’une copieuse palette d’émotions. On le lit comme un voyage initiatico-onirique, et on sprend conscience de toute sa saveur dans les détails que l’on savoure de lecture en relecture.

Un Ete sans maman 2

2673_couvUn été d’enfer

Par Vera Brosgol. Rue de Sèvres, 12,50 €.

Pas facile d’être une ado à lunettes, au milieu de blondinettes américaines modèles. Pas simple non plus, dans un environnement très aisé, d’être de condition modeste, avec parents divorcés et une maman tentant le tout pour le tout pour décrocher une formation et un boulot plus lucratif. Et c’est pas drôle d’être la seule à ne pas partir en colo l’été, forcée à traîner sa solitude dans le quartier. Compliqué, enfin, d’être d’origine russe et condamnée à offrir à ses copines une boisson à base de seigle et devoir sans cesse se référer à un pays qu’on a jamais connu. Alors, pour retrouver un semblant de normalité, Vera convainc sa mère de l’envoyer dans un camp scout créé par des Russes d’Amérique : là-bas, elle devrait être comme les autres ! Sauf que, bien entendu, rien ne va se passer comme prévu…

Voilà un concentré percutant et fort bien mené des affres de l’adolescence. Vera, 10 ans, va en effet se retrouver avec des ados qui se connaissent depuis des années et minaudent en permanence, dans un environnement scout étouffant avec ses cantiques sous la pluie et ses toilettes immondes, et surtout les humiliations quotidiennes assénées entre gamins. Mais rien d’amer ni de dépressif dans ce one-shot au dessin cartoon très maîtrisé, joliment souligné d’un vert audacieux. Car Vera Brosgol ne s’apitoie pas sur cette expérience vécue, elle la raconte avec humour, vivacité et sincérité, n’hésitant pas jouer l’auto-dérision voire l’auto-critique (sur son côté geek renfermé, sa maladresse chronique, ou son plaisir à être méchante, une fois). On dévore donc ce Be prepared (titre en VO) avec beaucoup plus de plaisir que ce que le sujet laissait entrevoir. Car Vera Brosgol est une auteure douée, très douée.

2673_P30

couv2d_9782888909538Le Dernier des étés

Par Alfonso Casas. Paquet, 25 €.

Dany revient dans la station balnéaire de son enfance. Là où il a passé tant de temps avec un drôle de gamin rouquin, à chercher des trésors, à vivre loin des moqueries et mesquineries des autres. À grandir, été après été, à construire une amitié forte et à découvrir l’amour. Dany revient là, dit-il, pour boucler un projet photos : prendre des clichés pour les comparer avec ceux d’il y a 20 ans, et mesurer l’impact du temps qui passe. Mais, à la veille de son mariage, Dany n’est-il pas venu chercher autre chose?

Le Dernier des étés est un récit fin et touchant sur les émois adolescents, et la question de la découverte de sa sexualité – le copain de Dany est clairement amoureux de lui, mais Dany peine à accepter sa propre homosexualité, jamais explicitement dévoilée. Avec un trait élégant et souple, volontairement caricatural dans les visages (les immenses oreilles, notamment), l’Espagnol Alfonso Moreno Casas crée un petit univers nostalgique, parfois amer, souvent tendre et un peu triste, pour évoquer le temps qui s’écoule inexorablement et les regrets des non-dits du passé. Une jolie trouvaille graphique vient parachever l’ensemble et renforcer le propos : des feuillets calques représentant la photo d’antan s’intercalent sur les images contemporaines, un peu à l’image de cette jaquette de couverture transparente, qui superpose le souvenir d’un bonheur passé sur un présent marqué par le doute. Une très belle découverte.

9782888909538_pt5

 

Commentaires

  1. loutra

    L’esthétique des personnages d' »Un Ete sans maman » me fait penser au style de Bastien Vivès. La manière de dessiner les perso ressemble beaucoup.

Publiez un commentaire