Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 24, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

18 Comments

Un oeil sur les comics #1 – la chronique de Thomas Rivière

27 août 2009 |

oeil_comics_intro.jpgC’est une nouveauté de cette rentrée: chaque mois, Thomas Rivière (animateur de l’excellent blog ComicsPlace) nous fera partager sa passion des comics américains, dans une chronique tour à tour informative, enthousiaste ou incisive. Au menu de ce premier numéro, retour sur une série phare des années 2000: The Ultimates.

Curieux choix que celui de Panini qui publie le deuxième tome d’Ultimates à la rentrée dans une version tronquée. ultimates_couv.jpg Mais, avant de parler du format, une piqûre de rappel s’impose. En 2000, Marvel lance la ligne Ultimate afin de dépoussiérer sa gamme. Ultimate Marvel est un univers où les super-héros ne font leur apparition qu’aujourd’hui, faisant fi de tout ce qui s’est passé depuis 60 ans. Doté d’une écriture moderne et de dessinateurs vedettes, le concept est excellent. Au sein de cet imaginaire, la série qui sort du lot s’intitule The Ultimates, une version musclée des vieux Vengeurs de papa avec Mark Millar (Wanted, Kick Ass…) au scénario et Bryan Hitch (The Authority) au dessin. Le premier volume est un carton absolu, treize épisodes – dont un double – de pur bonheur, empli d’action et d’humour. Ce comics entre dans l’Histoire : il y aura un avant et un après The Ultimates.

Millar et Hitch signent alors pour une deuxième saison de treize numéros qui verra le jour quelques mois plus tard, avec toujours autant de génie. En France, Panini prépublie The Ultimates Saison 1 en kiosque, puis sort un magnifique album cartonné dans la collection Deluxe. Gros succès: en quelques semaines le titre devient introuvable. ultimates_image1.jpg Panini patiente près de deux ans pour le rééditer, et les fans français trépignent en attendant la suite. C’est chose faite avec l’arrivée ces jours-ci du deuxième tome. Elle s’accompagne toutefois d’une mauvaise surprise, Panini ne propose pas la saison 2 complète, mais seulement une demi-saison, soit six épisodes d’Ultimates pour la « modique » somme de 28 € !

Le géant européen du comics a ainsi décidé de scinder ce cycle, pour vendre deux livres au lieu d’un, et ainsi infliger une double peine aux fans devenus hystériques depuis la sortie du premier tome. Sur les forums, c’est la bronca, personne ne comprend cette décision éditoriale dictée par le contrôleur de gestion de la « sandwicherie ». Le deuxième tome d’Ultimates comprend donc: les six premiers numéros de Ultimates 2; Ultimates Annual 1 (un hors-série signé Mark Millar et Steve Dillon, dessinateur de Punisher et Preacher); ainsi que des épisodes de la série d’Ultimate Team-Up de Brian Michael Bendis, Phil Hester et Terry Moore, opposant Spider-Man à Hulk et Black Widow. Des épisodes qui n’ont rien à faire là, en somme... Pour lire la fin d’Ultimates Saison 2, il faudra attendre encore quelques mois… et dépenser à nouveau 28€.

Ceci étant dit, que faut-il penser de cette série ? Si vous avez aimé The Ultimates Saison 1, vous allez adorer la saison 2. Elle attaque en douceur, installant un certain calme avant l’orage, et laisse nos héros se remettre des événements du premier volume. On apprend à mieux les connaître et à maîtriser leur univers. Nous faisons la connaissance de Captain Britain et de l’ensemble des nouveaux héros à la solde des différents gouvernements étrangers. Nous assistons au procès de Hulk, responsable des incidents du premier tome et de la mort de nombreux innocents. ultimates_image2.jpg Et puis c’est l’escalade, tout bascule : il y avait un traître chez les Ultimates depuis le début, et bien entendu tout se règle dans le sang. Je n’en dis pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir, mais l’histoire nous emmène de surprises en surprises. Mark Millar et Bryan Hitch voient grand, et donnent le meilleur d’eux-mêmes. Les dialogues sont soignés, les dessins magnifiques, c’est de la très grande BD.

Ultimates demeure un modèle du genre. C’est le comics des années 2000 qui restera, celui qui fait aimer les super-héros à ceux qui n’ont en jamais lu ou ne les connaissent pas. C’est à la fois adulte et régressif, drôle et violent, et donc absolument indispensable à toute bibliothèque qui se respecte. Depuis la fin d’Ultimates 2 aux États-Unis, Marvel a publié la Saison 3 réalisée par Jeph Loeb et Joe Madureira (cinq épisodes très critiqués), et vient de relancer avec brio la série sous le nom Ultimate Avengers. Mark Millar est de retour au scénario, accompagné cette fois du phénomène Carlos Pacheco : un vrai bonheur. En somme, voilà assez de matériel pour que Panini publie quatre ou cinq tomes à 28€…

Thomas Rivière

Commentaires

  1. Les Ultimates 1 & 2 de Mark Millar sont des chef-d’oeuvres alors que le Ultimates 3 de Jeph Loeb est une pure daube proportionnellement aussi nulle que ses prédecésseurs sont bons. Je suis pratiquement sûr que c’est pour ça qu’il n’y a que 5 épisodes au lieu de 13. Les fans se sont rués sur le premier numéro et ont décrochés au bout du 3ème, et Loeb a torché la fin de son run en 2 numéros pour faire économiser du blé à tout le monde. Epargnez-vous une déception si jamais Ultimates 3 arrive un jour en France; par contre ne manquez pas ceux de Millar si vous voulez voir du grand art et si le prix de la VF vous gêne, essayez de dénicher la VO, ça vous fera bosser l’Anglais en même temps 😉

  2. Les Ultimates 1 & 2 de Mark Millar sont des chef-d’oeuvres alors que le Ultimates 3 de Jeph Loeb est une pure daube proportionnellement aussi nulle que ses prédecésseurs sont bons. Je suis pratiquement sûr que c’est pour ça qu’il n’y a que 5 épisodes au lieu de 13. Les fans se sont rués sur le premier numéro et ont décrochés au bout du 3ème, et Loeb a torché la fin de son run en 2 numéros pour faire économiser du blé à tout le monde. Epargnez-vous une déception si jamais Ultimates 3 arrive un jour en France; par contre ne manquez pas ceux de Millar si vous voulez voir du grand art et si le prix de la VF vous gêne, essayez de dénicher la VO, ça vous fera bosser l’Anglais en même temps 😉

  3. @ Youkoutine
    Depuis le départ Ultimates 3 était prévu en 5 parties. Jeph Loeb est connu pour écrire des histoires courtes comme sur Superman/Batman.

    Ultimates 3 a des qualités, notamment le dessin de Joe Madureira.

  4. @ Youkoutine
    Depuis le départ Ultimates 3 était prévu en 5 parties. Jeph Loeb est connu pour écrire des histoires courtes comme sur Superman/Batman.

    Ultimates 3 a des qualités, notamment le dessin de Joe Madureira.

  5. On pourra toujours trouver des qualités rédemptrices aux pires BD et de toute manière ça dépend des goûts de chacun. De plus, je conçois bien que Jeph Loeb n’est pas arrivé où il en est en étant un mauvais scénariste. Ce que je lui reproche sur ce coup là c’est d’avoir été à côté de la plaque. Millar a amené une touche réaliste (autant que faire se peut évidemment lorsqu’il s’agit de super-héros) avec ses Ultimates: Tony Stark mets des plombes à enfiler l’armure d’Iron Man et doit être monitoré par toute une équipe, le personnage de Thor au début est ambigu car il se pourrait très bien que ce ne soit qu’un illuminé qui se prend pour un Dieu, etc… Loeb, au contraire, ne semble faire aucune différence entre l’univers « Ultimate » et l’univers « normal ». On dirait que la seule différence sont les costumes, or dans ce cas où est l’intérêt?
    Si le projet était effectivement prévu en 5 épisodes dès le départ, mea culpa, je me suis trompé, mais la déception chez la majorité des fans était bien au rendez-vous.

  6. On pourra toujours trouver des qualités rédemptrices aux pires BD et de toute manière ça dépend des goûts de chacun. De plus, je conçois bien que Jeph Loeb n’est pas arrivé où il en est en étant un mauvais scénariste. Ce que je lui reproche sur ce coup là c’est d’avoir été à côté de la plaque. Millar a amené une touche réaliste (autant que faire se peut évidemment lorsqu’il s’agit de super-héros) avec ses Ultimates: Tony Stark mets des plombes à enfiler l’armure d’Iron Man et doit être monitoré par toute une équipe, le personnage de Thor au début est ambigu car il se pourrait très bien que ce ne soit qu’un illuminé qui se prend pour un Dieu, etc… Loeb, au contraire, ne semble faire aucune différence entre l’univers « Ultimate » et l’univers « normal ». On dirait que la seule différence sont les costumes, or dans ce cas où est l’intérêt?
    Si le projet était effectivement prévu en 5 épisodes dès le départ, mea culpa, je me suis trompé, mais la déception chez la majorité des fans était bien au rendez-vous.

  7. @ Youkotine
    Joe Madureira est plus qu’une « qualité redemptrice aux pires BD », c’est un génie absolu, un des meilleurs dessinateur au monde, ses Battle Chasers et ses Uncanny X-Men sont là pour témoigner. Doucement donc sur les jugements hatifs.

    Jeph Loeb a en effet fait un scénario trop classique pour du Ultimates, il s’est planté, mais il se plante souvent en ce moment (Heroes, Onslaught Reborn, Wolverine, Hulk…)

  8. @ Youkotine
    Joe Madureira est plus qu’une « qualité redemptrice aux pires BD », c’est un génie absolu, un des meilleurs dessinateur au monde, ses Battle Chasers et ses Uncanny X-Men sont là pour témoigner. Doucement donc sur les jugements hatifs.

    Jeph Loeb a en effet fait un scénario trop classique pour du Ultimates, il s’est planté, mais il se plante souvent en ce moment (Heroes, Onslaught Reborn, Wolverine, Hulk…)

  9. Mais je n’ai justement fait aucun jugement sur les dessins, je n’ai critiqué que le scénario. Et je trouve que « qualité rédemptrice » est loin d’être une remarque négative. Au contraire, en disant cela j’ai sous-entendu que ton commentaire sur Madureira rachetait la médiocrité du scénario. Et puisque tu es d’accord que Loeb se plante souvent, je constate qu’en fait on est du même avis.

  10. Mais je n’ai justement fait aucun jugement sur les dessins, je n’ai critiqué que le scénario. Et je trouve que « qualité rédemptrice » est loin d’être une remarque négative. Au contraire, en disant cela j’ai sous-entendu que ton commentaire sur Madureira rachetait la médiocrité du scénario. Et puisque tu es d’accord que Loeb se plante souvent, je constate qu’en fait on est du même avis.

  11. Cobalt 60

    Ultimates 3, j’ai décroché au troisième épisode, principalement à cause de Madureira qui emportait la série ailleurs, vers quelque chose qui n’avait plus rien à voir avec l’approche réaliste du tandem Millar/Hitch. On se retrouvait avec des super-héros formatés comme pour un jeu vidéo, donc sans intérêt pour moi.

  12. Cobalt 60

    Ultimates 3, j’ai décroché au troisième épisode, principalement à cause de Madureira qui emportait la série ailleurs, vers quelque chose qui n’avait plus rien à voir avec l’approche réaliste du tandem Millar/Hitch. On se retrouvait avec des super-héros formatés comme pour un jeu vidéo, donc sans intérêt pour moi.

Publiez un commentaire