Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 18, 2019















Retour en haut de page

Haut de page

14 Comments

Visite guidée du musée Hergé (toujours sans photo)

10 juin 2009 |

herge_ext1.jpgÇa y est, j’y suis allé. J’ai foulé le temple belge de la ligne claire qu’aucun flash ne doit souiller, qu’aucune critique ne doit dénigrer, qu’aucun journaliste ne doit filmer. Le Musée Hergé continue en effet de préserver un certain mystère autour de lui, ou en tout cas un effet de surprise. Après la catastrophique journée consacrée à la presse, je profite d’un nouveau voyage professionnel en petit comité, un lundi, jour de fermeture du musée. Mais le message est le même qu’auparavant: il est strictement interdit de prendre des photos, même sans flash, dans les salles d’exposition

Difficile donc de vous faire partager la belle impression générale que laissent ce bel édifice et ses collections. En effet, l’architecture de Christian de Portzamparc, à la fois massive et aérienne, est agréablement baignée de lumière naturelle, du moins dans son impressionnante entrée, toute en volumes et en hauteur. Les salles, elles, restent à l’abri du soleil, mais la sensation d’étouffement est évitée grâce à des passerelles surplombant le hall, qui permettent de souffler entre les plateaux d’exposition.

herge_ext2.jpgherge_peinture.jpgSi le Musée impressionne globalement, on a le sentiment d’une ouverture un peu précipitée. Quelques ouvriers donnent les derniers coups de peinture, la façade souillée de terre n’a pas été nettoyée, les arbres et le gazon autour n’ont pas encore poussé. Les informations autour des oeuvres originales ne sont pas vraiment lisibles et on a du mal à repérer les numéros correspondant aux commentaires de l’audio-guide. Mais le message du directeur de l’établissement est simple et positif: « C’est évolutif, rien n’est figé. » Tant mieux, car on peut dès lors espérer que dans quelques temps, on pourra prendre des photos…

herge_fusee.jpgHuit salles organisées autour de thèmes précis

« Parcours d’une vie »: où l’on découvre un résumé express de l’oeuvre hergéenne, des premières planches originales de Tintin au pays de Soviets et Quick et Flupke aux dernières tirées de Tintin et les Picaros et l’inachevé Tintin et l’Alph’Art. Au centre de la pièce, on découvre d’intéressantes vitrines chargées d’objets et de photos montrant Hergé enfant, puis adulte en voyage et amateur d’art. 

« Créations multiples »: une salle consacrée notamment aux illustrations et dessins publicitaires d’Hergé, avant que le maître ne soit accaparé par les aventures de son petit reporter. Où l’on apprend également que l’auteur a débuté en tant que lettreur.

« Une famille de papier »: des vitrines à hauteur d’enfants présentent des originaux de Tintin, mettant en scène les personnages importants de ses aventures (Milou, Haddock, les Dupondt, Tournesol…) ou secondaires (Abdallah, Séraphin Lampion…). 

« Cinéma! »: déjà un peu vieillotte, cette salle présente divers documents et extraits de films qui ont inspiré Hergé pour ses scénarios ou mises en scène de L’Île noire ou Le Secret de la Licorne. Un film daté et un brin soporifique est également projeté, qui replace Hergé dans son époque et lui donne la parole.

herge_speelgoed.jpg« Le laboratoire »: la conquête spatiale, la radiesthésie, la télévision… Hergé marchait avec son temps et s’intéressait aux développements scientifiques. Ce qui est souligné ici.

« Rêves de voyage »: Tintin est le globe-trotter qu’aurait aimé être Hergé. Cette salle évoque le thème des voyages et les peuples du monde entier, dans une mise en scène très muséale et bien sage.

« Studios Hergé »: Trop peu d’explications, à part un vieux reportage télé en noir et blanc, sur ce qu’étaient réellement les Studios Hergé. On comprend bien que l’auteur ne dessinait pas tous les détails de ses planches, mais que faisait-il concrètement? Et surtout, que faisaient exactement ses collaborateurs? Car si les spécialistes sauront reconnaître les pages dessinées par Edgar P. Jacobs, les néophytes passeront à côté de cette information.

« La gloire d’Hergé »: alors là, il fallait oser. Cette petit salle en forme de conclusion évoque le Hergé super-star de la bande dessinée, avec moult citations de penseurs ou politiques du XXe siècle sur Tintin. La salle de trop.

herge_soviets.jpg  herge_lotus.jpg   herge_ile.jpg  herge_bijoux.jpg  herge_carte.jpg

 

Bilan de la visite

Ce qu’il faut retenir de la visite au Musée Hergé: chouette, mais peut mieux faire dans plusieurs domaines.

+ Points positifs +

– une belle architecture, moderne et accueillante

– une scénographie soignée et agréable

– une collection d’oeuvres originales d’une richesse extraordinaire

– un audio-guide bien foutu et pédagogique, avec sons d’archive et petites vidéos, compris dans le prix d’entrée

– une belle manière de se plonger dans l’univers d’Hergé et de Tintin, qui devrait ravir les fans

– Points négatifs –

– trop peu d’éléments biographiques hors de l’audio-guide, qui lui-même passe sous silence de nombreux aspects de la vie et de la carrière d’Hergé

– des cartels et panneaux autour des oeuvres écrits trop petits et peu informatifs

– un manque d’interactivité et de passages ludiques

– un prix élevé (9,50 €), surtout qu’il faut quand même se déplacer jusqu’à Louvain-la-Neuve

– un musée qui devrait lasser assez vite les non-spécialistes d’Hergé

_______________________________________________________

Musée Hergé.
26 rue du Labrador, Louvain-la-Neuve, Belgique.
+32 (0)2 62 62 421

Tarifs: 9,50 € (plein), 7 € (familles nombreuses et étudiants), 5 € (enfants 7-14 ans), groupes entre 5 et 7 €.

Photos © BoDoï – Images © Hergé – Moulinsart  / Atelier Christian de Portzamparc

_______________________________________________________

Commentaires

  1. Oliv'

    Comment pouvez-vous mettre dans les points positifs un « audio-guide pédagogique » et en même temps indiquer comme points négatif « le passage sous silence de nombreux aspects de la vie et de la carrière d’Hergé » dans ce même audio-guide. N’est-ce pas un peu contradictoire ?

  2. Oliv'

    Comment pouvez-vous mettre dans les points positifs un « audio-guide pédagogique » et en même temps indiquer comme points négatif « le passage sous silence de nombreux aspects de la vie et de la carrière d’Hergé » dans ce même audio-guide. N’est-ce pas un peu contradictoire ?

  3. Oui, c’est un peu contradictoire, mais on est pas à une contradiction près au Musée Hergé… plus sérieusement, il faut reconnaître que l’audio-guide est pédagogique, dans le sens où il donne des clefs pour mieux comprendre ce qui est exposé. Mais il n’est absolument pas exhaustif.

  4. Oui, c’est un peu contradictoire, mais on est pas à une contradiction près au Musée Hergé… plus sérieusement, il faut reconnaître que l’audio-guide est pédagogique, dans le sens où il donne des clefs pour mieux comprendre ce qui est exposé. Mais il n’est absolument pas exhaustif.

  5. delfrifri

    Effectivement, décevant pour les enfants car pas assez d’interactivité et de passages ludiques…
    C’est surtout un musée pour les (adultes) mordus d’Hergé… Dommage…
    Parking et panneaux indicateurs à revoir aussi!

  6. delfrifri

    Effectivement, décevant pour les enfants car pas assez d’interactivité et de passages ludiques…
    C’est surtout un musée pour les (adultes) mordus d’Hergé… Dommage…
    Parking et panneaux indicateurs à revoir aussi!

  7. Francois Pincemi

    Moi, j’ai beaucoup aimé ce musée totalement dédié à Monsier Hergé (ou plutôt Rémy), mais il est vrai qu’en tant que tintinophile, je ne puis etre objectif.

  8. Francois Pincemi

    Moi, j’ai beaucoup aimé ce musée totalement dédié à Monsier Hergé (ou plutôt Rémy), mais il est vrai qu’en tant que tintinophile, je ne puis etre objectif.

  9. Pierre

    J’ai 23 ans et suis étudiant à Louvain-la-neuve et ai suivi du coin de l’oeil la construction de cet énigmatique bateau blanc.
    Avant son inauguration, je n’avais pas pris conscience à quel point il s’agit d’un musée Hergé (au sens littéral du terme) et non d’un musée Tintin ou Kick & Flupke…

    Je pense que l’oeuvre, plus que son créateur, peut pertinemment faire l’objet d’un exposition permanente…c’est facile de faire parler les « disparus » mais sans-doute qu’Hergé lui-même aurait été du même avis. Je pense aussi que ce musée n’est finalement qu’une licorne (les tintinophiles auront remarqué le triple sens métaphorique) n’intéressant en fait qu’un nombre réduit de personnes, un gadget esthétique de collectionneurs….(leurs 200.000 entrées annuelles, ils les chercheront encore…) Je pense enfin que ce n’est qu’un exemple de plus de la gestion catastrophique de l’oeuvre ( du patrimoine !) d’Hergé par Mr Rodwell (et sa clique, s’il y en a une) qui transforme Tintin en une sacrosainte marque déposée, monnayable pour grand-enfants collectionneurs en oubliant une chose fondamentale:
    Avant toutes choses, les tintinophiles ont été jeunes et lisaient Tintin…
    Ne pas impliquer, intéresser les jeunes dans ce genre d’initiative, c’est condamner Hergé et son oeuvre au rang de lointain souvenir…

  10. Pierre

    J’ai 23 ans et suis étudiant à Louvain-la-neuve et ai suivi du coin de l’oeil la construction de cet énigmatique bateau blanc.
    Avant son inauguration, je n’avais pas pris conscience à quel point il s’agit d’un musée Hergé (au sens littéral du terme) et non d’un musée Tintin ou Kick & Flupke…

    Je pense que l’oeuvre, plus que son créateur, peut pertinemment faire l’objet d’un exposition permanente…c’est facile de faire parler les « disparus » mais sans-doute qu’Hergé lui-même aurait été du même avis. Je pense aussi que ce musée n’est finalement qu’une licorne (les tintinophiles auront remarqué le triple sens métaphorique) n’intéressant en fait qu’un nombre réduit de personnes, un gadget esthétique de collectionneurs….(leurs 200.000 entrées annuelles, ils les chercheront encore…) Je pense enfin que ce n’est qu’un exemple de plus de la gestion catastrophique de l’oeuvre ( du patrimoine !) d’Hergé par Mr Rodwell (et sa clique, s’il y en a une) qui transforme Tintin en une sacrosainte marque déposée, monnayable pour grand-enfants collectionneurs en oubliant une chose fondamentale:
    Avant toutes choses, les tintinophiles ont été jeunes et lisaient Tintin…
    Ne pas impliquer, intéresser les jeunes dans ce genre d’initiative, c’est condamner Hergé et son oeuvre au rang de lointain souvenir…

  11. baran jean luc

    j ai ete 2 fois dans ce musee on voit l enorme travail que hergee faisait pour ces livres les pubs et pas seulement pour tintin herge etait un artiste complet je vtrouve aussi tres tres tres tres tres tres decevants qu on ne puissent pas faire des photos car certains dessins sont meconnus et la fusee ou le reqin et tout les objets ou jouets de tintin merites qu on les prennent en photos malheureusement les heritiers de herge ne voient que le profit et vende des articles bien cher sur tintin un enfant ne saurait meme pas s achetez un petit souvenir du musee tellement c est cher a moins d avoir des parents millionnaires

  12. baran jean luc

    j ai ete 2 fois dans ce musee on voit l enorme travail que hergee faisait pour ces livres les pubs et pas seulement pour tintin herge etait un artiste complet je vtrouve aussi tres tres tres tres tres tres decevants qu on ne puissent pas faire des photos car certains dessins sont meconnus et la fusee ou le reqin et tout les objets ou jouets de tintin merites qu on les prennent en photos malheureusement les heritiers de herge ne voient que le profit et vende des articles bien cher sur tintin un enfant ne saurait meme pas s achetez un petit souvenir du musee tellement c est cher a moins d avoir des parents millionnaires

Publiez un commentaire