Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 24, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

4 Comments

Tranches napolitaines **

19 avril 2010 |

pasmaltranches_napolitaines_couvPar Mathieu Sapin, Bastien Vivès, Anne Simon et Alfred. Dargaud, 19€, le 2 avril.

Ils sont partis tous quatre à Naples, en partenariat avec le Comicon local (Salon International de la bande dessinée). Alfred, Anne Simon, Bastien Vivès et Mathieu Sapin ont passé quelques semaines dans cette ville italienne, avec pour mission de réaliser une histoire courte dont elle serait le cadre.

tranches_napolitaines_1Comme souvent dans un recueil collectif, le résultat est contrasté. Alfred (Je mourrai pas Gibier, voir ci-contre et ci-dessous) réussit le récit le plus émouvant. Il suit dans les rues napolitaines une jeune femme en quête de père, qui arrive pour les funérailles de celui-ci et lui découvre une autre famille. L’auteur parvient à rendre avec justesse la nostalgie, la désillusion et la résignation.

L’histoire pseudo-mythologique d’Anne Simon court longuement sur tout l’album, divisée en trois parties. Elle est la moins heureuse de ce quatuor narratif. Malgré l’humour piquant et un poil désabusé qui irrigue cette Donna Giumenta [Femme Jument], on reste à l’extérieur de ses péripéties abracadabrantes.

Plus drôle et absurde est la partie de Mathieu Sapin. Le créateur de Supermurgeman et de Paulette Comète met en scène un petit bonhomme à lunettes obsédé par Napoléon, dont il se croit le descendant. Au point de voler un tableau précieux…

Enfin,  Bastien Vivès imagine une tranche de vie muette, suivant un fil directeur irrégulier, au gré des mouvements urbains de la cité. Il saisit ainsi l’ambiance du lieu avec aisance et une certaine grâce.

tranches_napolitaines_2

Achetez Tranches napolitaines sur Amazon.fr

Commentaires

Publiez un commentaire