Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 30, 2016

Retour en haut de page

Haut de page

6 Comments

Angoulême 2016 : les nommés pour le Grand Prix

5 janvier 2016 |

Le Festival international de la bande dessinée d’Angoulême appelle les auteurs à voter pour le Grand Prix de sa 43e édition.

Pour le 1er tour, les auteurs de BD sont invités à choisir parmi 30 noms, éminents représentants de la bande dessinée internationale. En sortiront trois finalistes, proposés au second tour. L’an dernier, Katsuhiro Otomo l’avait emporté, devant Alan Moore (finaliste pour la deuxième année consécutive) et Hermann.

angouleme_grand_prix2016Voici la liste des auteurs proposés au 1er tour :

Brian M. Bendis
Christian Binet
Christophe Blain
François Bourgeon
Charles Burns
Pierre Christin
Daniel Clowes
Richard Corben
Cosey
Étienne Davodeau
Nicolas de Crécy
Édika
Carlos Giménez
Emmanuel Guibert
Hermann
Alejandro Jodorowsky
Stan Lee
Milo Manara
Taiyō Matsumoto
Lorenzo Mattotti
Frank Miller
Alan Moore
Quino
Riad Sattouf
Joann Sfar
Bill Sienkiewicz
Jirō Taniguchi
Naoki Urasawa
Jean Van Hamme
Chris Ware

Huit Américains, trois Japonais, des auteurs espagnol, allemand, anglais, italiens ou argentin, français et belges évidemment, mais aucune femme… Ce que dénonce notamment le Collectif des créatrices de bande dessinée contre le sexisme : « On en revient à la notion de plafond de verre, toujours aussi désastreux : on nous tolère mais pas en haut de l’affiche. Les femmes en bande dessinée, doivent rester des « auteurs confidentiels » par usage ? » Le Collectif appelle ainsi au boycott du vote. Tandis que Riad Sattouf, Joann Sfar, Pierre Christin, François Bourgeon, Christophe Blain, Etienne Davodeau, Milo Manara, Chris Ware, Daniel Clowes et Charles Burns ont demandé à être retirés de la liste.

Commentaires

  1. Pour un festival qui se veut international, ne pas nominer une seule femme, c’est la honte internationale.

    f*

  2. Prince Ali

    C’est très intéressant de souligner qu’aucune femme ne fait partie de la sélection. Combien de NOIRS y sont présents ? Combien d’handicapés ? Est-ce qu’on pourrait avoir un relevé précis du physique de chacun ? Parce que c’est ça, le plus important. Leur travail n’a que peu d’intérêt.

  3. luxsword

    J’avais entendu le retrait de Riad Sattouff, mais ça fait plaisir de voir qu’ils sont en fait une dizaine à se sentir concernés. ^^

  4. Francois Pincemi

    Et oui, cher Monsieur Parme, le FIBD est international, mais son lauréat doit être de sexe mâle. Oui, c’est discriminant pour toutes ces dames, sans oublier les transexuels, travestis et autres hermas.

  5. Cher Monsieur Pincemi,

    en France, les femmes représentent 51,3 % de la population. Elles ne représentent pas une minorité comme les transexuels, les travestis ou les hermaphrodites. On ne peut donc pas les minoriser même pour tenter de faire un « bon mot ».

    Actuellement, dans le monde, il n’y a que 60 millions d’hommes de plus que de femmes.
    En occident, elles sont majoritaires.

    Les chiffres :
    http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/SP.POP.TOTL.FE.ZS

    En ce qui concerne la Bande Dessinée. Elle ne deviendra vraiment adulte que le jour où il y a aura autant de femmes à en faire (écrire, dessiner, éditer) et à en lire que d’hommes. C’est évident, non ?

    Alors, ne même pas avoir de femme présidente du salon d’Angoulême depuis au moins Florence Cestac, c’est tout simplement absurde.
    Le Grand Prix est une chose, la présidence une autre. Pourquoi lier les deux ?
    Le choix d’une présidence pourrait signifier autre chose qu’une récompense pour un champion d’un truc totalement subjectif. Qu’une femme préside le FIBD une année sur deux, ce serait mieux, non ?

    f*

  6. Cher monsieur Parme: vous dites ou plutôt écrivez « Le Grand Prix est une chose, la présidence une autre. Pourquoi lier les deux ? »
    Je n’avais jamais réflèchi à cette question intéressante, je suppose que cela fait partie des statuts de l’association qui a crée le salon d’Angoulême, avant d’en confier l’exploitation à Septième Art. Je n’en sais pas plus que vous à ce sujet, le mieux serait à mon avis d’interroger Monsieur Franck Bondoux (qui n’est pas un mauvais dûr, comme son nom l’indique)

Publiez un commentaire