Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 20, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Chicagoland

20 octobre 2015 |
SERIE
Chicagoland
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
COLLECTION
PRIX
15.95 €
DATE DE SORTIE
02/09/2015
EAN
275606310X
Achat :

Une institutrice étranglée par homme rencontré au hasard dans le Chicago des années 1950. Un inspecteur prudent, une sœur en quête de vengeance…Que s’est-il passé pour que Lewis Woodroffe, trentenaire apparemment sans histoire, soit finalement condamné à mort sur la chaise électrique ? Un meurtre, trois points de vue sur une réalité qui échappe à toute rationalité. Car c’est bien connu, les menteurs finissent toujours pas modifier leur version des faits. Pas Lewis Woodroffe…

album-page-large-27011R.J. Ellory, auteur britannique de polar/thrillers à succès, est un nom vendeur. Alors que vient de paraître son nouveau roman, Fabrice Colin, écrivain et scénariste, et Sacha Goerg (La Fille de l’eau) ont tenté d’adapter en BD ce texte uniquement vendu en format numérique sous forme de trois nouvelles (Trois jours à Chicagoland). Pour un résultat qui laisse clairement sur sa faim. Du strict point de vue narratif, les auteurs font le travail. Fluide, agréable et portée le plus souvent par une intrigante voix off et un découpage vif, la narration à suspense n’ennuie jamais. C’est qu’en marge de l’intrigue, les études de caractère, source d’empathie, éclairent le lourd passé des personnages ou sondent leurs trajectoires fatales tout en élucidant peu à peu les ressorts de l’histoire. Au dessin, Sacha Goerg illustre plus qu’il n’interprète le texte. Mais là encore, c’est propre, discret, doux.

À vrai dire, les trois-quarts de l’album séduisent avant la douche froide. Un final pas crédible pour un sou (voire grotesque) et à rallonge. Un problème de scénario, celui d’Ellory. S’agissant de l’album, s’il est plaisant, il opère sans éclat particulier. D’autant plus décevant quand on connaît par ailleurs l’excellent travail des deux auteurs (La Brigade Chimérique pour Fabrice Colin, La Fille de l’eau ou Le Sourire de Rose pour Sacha Goerg) qui, ici, ont l’air bridé par un scénario calibré et peu original. Un album pas mauvais mais trop sage et finalement quelconque. Dommage.

PlancheS_48563

Publiez un commentaire