Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 18, 2018















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Dans la valise de… Olivier Balez

20 août 2018 |

Tout l’été, BoDoï interroge des auteurs de bande dessinée pour savoir ce qu’ils vous conseillent de lire, regarder, aller voir pendant l’été. Histoire de prendre un bon bol d’air frais et de culture, récente ou non. BD, roman, série, film, disque, exposition, spectacle, ils partagent avec vous leurs coups de coeur. Après les conseils d’Olivier Cotte, nouvelle étape avec Olivier Balez (Beauté noire, J’aurai ta peau Dominique A…).

Une BD

9782749141398_1_75Je ne lis plus trop de BD …j’avoue! Mais récemment mon épouse a acheté Le Petit Traité de Voutchologie fondamentale (au Cherche midi). Et c’est un petit bijou : je suis déjà très fan de ses illustrations à la gouache et de son humour, mais ce traité aborde le parcours de l’auteur en mélangeant humour décalé et témoignage sincère de sa pratique artistique. Petit traité pour un très très grand auteur !

Ah si ! Un de mes derniers coups de cœur en BD : À la folie, un livre de James et Sylvain Ricard sur le thème de la violence faite aux femmes (Futuropolis). Ils évitent de tomber dans le glauque ou le larmoyant. Un livre digne qui raconte de manière presque chirurgicale la dérive d’un couple dont le mari cède à la violence.

Un livre

Les Euphorismes de Grégoire écrit par Grégoire Lacroix (Max Milo édition) : une découverte à la librairie MCL à Angoulême suite à la lecture d’un aphorisme en vitrine qui a déclenché l’achat du livre : « Lever le coude est la meilleure façon de ne pas baisser les bras. » Il y a de véritables pépites dans ce recueil et souvent, on n’est pas loin du génie de Michel Audiard !

Une série télé

En série télé, que du classique mais je retiens surtout du polar : de The Wire au Bureau des légendes en passant par Engrenages… Sans oublier True Detective, le premier, brillamment interprété. C’est d’ailleurs leur point commun, une mise en scène qui met en valeur le jeu des acteurs auxquels on s’attache très vite.

Un spectacle

En théâtre, ça va paraître un peu égocentrique mais j’ai été très ému par l’adaptation d’un de mes livres jeunesse par une amie metteure en scène à Angoulême : Moi dieu merci qui vis ici. (Chez Albin Michel, sur un texte poétique de Thierry Lenain écrit en 2008 d’après une histoire vraie) Ça parle du thème des migrants et des sans-papiers… Dix ans après, ça reste toujours d’actualité !

Publiez un commentaire