Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 21, 2021















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Happy End #1

21 mai 2021 |
SERIE
Happy End
ALBUM
La Grande Panne - 1
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
14.75 €
DATE DE SORTIE
02/04/2021
EAN
2803677075
Achat :

Et si tout s’effondrait ? Tout, les réseaux de distribution d’eau et d’électricité, le téléphone, Internet… Les commerces alimentaires, les écoles, les hôpitaux, le gouvernement… Mollie y croit, elle, à la possible fin du monde tel qu’on le connaît, et elle est bien la seule dans sa famille, qui voit en elle juste une ado qui fait son intéressante. Sauf que quand cela arrive, dans le sillage d’une crise financière et pétrolière, Mollie va faire office de boussole à ses parents, son frère et ses deux soeurs paniqués : direction la maison d’un vieil ami de la famille, qui a fait des stocks et saura réagir…

hapyy-end_imageSolidement documenté en matière de collapsologie et de survivalisme, Olivier Jouvray (Marco & Co, Lincoln, Les Rues de Lyon) a choisi de raconter une fin du monde crédible et palpable, dans une France où il serait facile de se projeter. Et ce, dans une ambiance plus proche de la comédie familiale que de la SF sombre. Ce double choix narratif fonctionne parfaitement, car on s’imagine aisément à la place de Mollie et ses proches, ne sachant que faire face aux supermarchés dépouillés ou à la répression arbitraire envers les étrangers. Mais la noirceur de la toile de fond est atténuée – créant ainsi un délicieux malaise – par les dialogues et vannes entre les protagonistes, et quelques rebondissements croustillants. Au dessin, Benjamin Jurdic est sur le même tempo, avec un dessin semi-réaliste aux décors soignés, et poussant la caricature au besoin. Toutefois, ce grand écart ne fonctionne pas toujours et la balance graphique penche un peu trop dans l’humour, faisant perdre un peu en crédibilité. Mais l’équilibre global n’est pas rompu et l’album se lit avec intérêt et plaisir jusqu’au bout. Et surtout, il tient en haleine, car on n’en est encore qu’au début de la fin du monde…

Publiez un commentaire