Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 22, 2019















Retour en haut de page

Haut de page

2 Comments

« Lascars »: les vrais gars enflamment le grand écran

17 juin 2009 |

Avec Les Beaux Gosses et Coraline, voilà l’autre belle surprise ciné du mois de juin. Adapté de la série télé du même nom (programmes animés courts sur Canal+), Lascars le film emballe par ses dialogues tordants, son animation bien foutue et son univers crédible mais désopilant.

Nous voilà donc projetés dans une cité de la banlieue parisienne, comme il y en a tant. On suit une bande de losers, qui galèrent pour fuir le quartier et partir en vacances. Résultat, ils se trouvent coincés là tout l’été, entre job pourri et plans tordus. Mais avec de jolies minettes dans le viseur…

lascars_platine.jpgOubliez ce pitch bateau comme jamais. Car dès la première séquence, le fou-rire nous prend. Sans doute parce que les personnages semblent vrais, un peu plus dingues que nature, mais tout à fait authentiques. De Tony Merguez, le combinard à deux centimes d’euros, à José Frelate, le grand black DJ prêt à mouiller la chemise pour atteindre ses objectifs (1: une jolie nana; 2: enregistrer un disque; 3: peut-être enfin quitter l’appartement de sa cousine), en passant par le duo Sammy et Narbé, grandes gueules et demi-cerveau (à eux deux).

Certes, l’intrigue est light comme un programme télé pendant l’été. Mais elle est suffisamment solide pour permettre un enchaînement fluide de situations comiques vraiment drôles. Les gags purement visuels façon cartoon répondent aux dialogues ciselés en argot de cité, les personnalités atypiques des protagonistes (pour un dessin animé) font le reste. Les acteurs prêtant leur voix aux personnages animés y mettent d’ailleurs tout leur coeur. Vincent Cassel, Omar et Fred, IZM, Diam’s ou Diane Kruger sont absolument nickels. lascars_flic.jpg Car elle est bien là, la grande réussite de Lascars: composer des dialogues à peine exacerbés du parler de la rue et mettre en scène des figures réalistes auxquelles s’identifier (et donc se moquer). Mais attention, Lascars ne caricature pas la banlieue. Le film se sert de ce décor concret (le métro, le kebab, le commissariat) pour produire une comédie dans l’air du temps, hautement divertissante et pas bête pour un sou.

Côté animation, on découvre un joli mélange de vues générales en 3D au graphisme original et d’animation 2D plus classique pour les séquences principales. Pour la musique, du rap cool et bien posé: les toujours verts new-yorkais de De la Soul s’invitent pour l’ouverture du film, et Vincent Cassel et IZM se déchaînent dans un irrésistible rap gnangnan dans le générique de fin.

Au sortir du film, on est prêt à sauter partout et à s’approprier les mots de ces Lascars en furie. Et surtout, on en redemande.

lascars_affiche1.jpg___________________________________________

Lascars.
Par Albert Pereira-Lazaro et Emmanuel Klotz.
Avec les voix de Vincent Cassel, Omar et Fred, Diam’s, Diane Kruger, Frédérique Bel…
1h36. Sortie le 17 juin 2009.

___________________________________________

Commentaires

  1. C’est génial ce qu’ils ont fait avec leur univers. D’ailleurs RUN a lâché sur le blog Ankama Editions il y a un moment, que les auteurs des Lascars nous préparent quelque chose côté BD chez nous 😉 Il faudra attendre un petit !

  2. C’est génial ce qu’ils ont fait avec leur univers. D’ailleurs RUN a lâché sur le blog Ankama Editions il y a un moment, que les auteurs des Lascars nous préparent quelque chose côté BD chez nous 😉 Il faudra attendre un petit !

Publiez un commentaire