Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | October 23, 2021















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

« Le Sommet des Dieux » au ciné : une réussite made in France

22 septembre 2021 |

Paru en France entre 2004 et 2005, récompensé par le Prix du meilleur dessin au Festival international de la BD d’Angoulême en 2005 et vendu à plus 380 000 exemplaires, Le Sommet des Dieux arrive dans les salles obscures ce mercredi 22 septembre 2021.

Le Sommet des Dieux Couv 1 a 5

Affiche Sommet des DieuxEn dehors des gros blockbusters souvent adaptés en série animée, il est rare de voir un manga plus confidentiel et adulte être directement décliné sur grand écran. Encore plus lorsque le film d’animation est produit et réalisé en dehors du Japon, et par des Français ! La raison de cette exception réside sans aucun doute sur le fait que la série originale soit signée par Jirô Taniguchi, mangaka particulièrement apprécié par le lectorat français et correspondant plus à l’image que l’on se fait de la bande dessinée franco-belge qu’au manga.

Le film repose principalement sur quatre personnages : Habu, un fondu d’alpinisme, Fukamachi, un journaliste qui recherche sa trace, George Mallory, alpiniste britannique décédé en pleine ascension en emportant avec lui quelques secrets et un mystérieux appareil photo… et un dernier, central et majestueux, l’Everest. Obnubilé par la montagne et la quête de sommet, Habu se met en quête d’atteindre lui aussi le « sommet des dieux » en suivant le fantôme mythique de Mallory.

Depuis l’acquisition des droits en 2013, il a fallu 8 années pour que le film aboutisse et soit diffusé au cinéma. À la tête de cette version cinématographique, on retrouve Patrick Imbert, le coréalisateur de Le Grand Méchant Renard et autres contes, réussite publique, critique et César du Meilleur Film d’animation en 2018. Contrairement à son premier film visant principalement un public enfantin, son adaptation en long-métrage d’animation du Sommet des Dieux cible les spectateurs plus matures.

Sommet des Dieux Visuel 3
Toutefois, étant donné qu’adapter les 1 500 pages des 5 tomes de ce manga en 1h30 était narrativement impossible, il a fallu faire des choix. En coupant franchement dans le matériau de base, les auteurs sont néanmoins parvenus à écrire une adaptation particulièrement fidèle, en gardant le ton et le cœur de l’œuvre écrite par Baku Yumemakura et dessinée par Taniguchi. S’appuyant sur un registre réaliste et une réalisation soignée, le film mêle plusieurs époques et fait voyager d’une merveilleuse manière vers le toit du monde.

Sommet des Dieux Visuel 1
Bien qu’elle soit adaptée et remaniée, notamment pour permettre une animation 2D optimale, la pâte Taniguchi reste reconnaissable. Abstraction faite des visages, particulièrement éloignés des originaux, on retrouve à l’écran le dessin réaliste et naturaliste du mangaka ainsi que son talent de conteur. L’histoire passionnante du cheminement intérieur et montagnard de Habu est remplie d’exploits, de drames et de solitude. Elle est sublimée grâce à une focale portée sur les personnages minutieusement caractérisés. La gestion de l’intensité dramatique tient en haleine et le travail effectué sur les visuels de montagnes accentue l’aspect grandiose de l’aventure.

Publiez un commentaire