Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 23, 2021















Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

L’esprit de Will Eisner hante Cherbourg

9 juin 2021 |

La 10e édition de la Biennale du 9e art de Cherbourg clôt son cycle sur les États-Unis avec une exposition consacrée au maître Will Eisner. À découvrir jusqu’au 29 août.

Figure majeure de la bande dessinée, née en 1917 à Brooklyn (New York) et décédé en 2005 en Floride, Will Eisner est l’inventeur du roman graphique, un théoricien du 9e art et le créateur du Spirit. C’est par les aventures de ce détective masqué que débute l’exposition « L’Esprit de Will Eisner » au musée Thomas-Henry de Cherbourg-en-Cotentin. Ce héros sans super-pouvoir, né en 1940, est le premier grand succès d’Eisner. Marquée par une forte identité visuelle empruntée au polar, la saga du Spirit est célèbre pour ses ambiances sombres. Pensée par les éditeurs comme une série policière classique, elle devient un laboratoire pour Eisner, qui y teste et développe de nouveaux codes graphiques. L’artiste joue sur les perspectives et les angles de vue et s’amuse avec la typographie en l’intégrant directement au récit, par exemple.

Exposition L'Esprit de Will EisnerEisner casse progressivement les codes du genre et s’éloigne de la trame initiale. Tantôt humoristiques, des fois romantiques, violentes ou satiriques, les histoires du Spirit s’adressent ainsi à un large public, qui les découvre chaque semaine dans les journaux. Ironie ultime, Eisner offre régulièrement la place de personnage principal à d’autres protagonistes hauts en couleur. Un travail de la forme et du fond annonciateur de la deuxième moitié de sa carrière durant laquelle il théorisera de nombreux concepts de la bande dessinée, avant de créer le roman graphique.

Will Eisner arrête le Spirit en 1952 au moment où des comités de censure font leur apparition aux États-Unis, et où le public se désintéresse globalement des comics. Alors que le climat de l’époque est à la contestation et au pacifisme, de nouvelles publications font leur apparition. Les BD américaines, jusque-là réservées aux journaux, fleurissent dans les fanzines. Apparaissent en parallèle les grands noms de la BD indépendante comme Harvey Kurtzman, le créateur de Mad, ou Denis Kitchen. Ce dernier sera l’artisan, après quelques tentatives infructueuses, de la renaissance éditoriale du Spirit.

Les histoires du détective sont republiées à partir de 1973 dans un nouveau format, d’abord simple fascicule puis en magazine, avec des contributions d’autres auteurs. Eisner y contribue régulièrement avec des textes théoriques sur le 9e art.

Les années 1970 correspondent également au retour d’Eisner à la création. Il publie en 1978 Un contrat avec Dieu, revendiqué comme « roman graphique » (graphic novel). Ce n’est pas techniquement le premier ouvrage du genre, mais reste celui qui aura le plus d’impact sur le monde de la bande dessinée. Eisner donne officiellement une définition à ce type de récit, ouvrant la voie à de nombreux auteurs aujourd’hui cultes (Art Spiegelman, Alan Moore, Frank Miller, Robert Crumb…)Exposition L'Esprit de Will Eisner

Comme il l’annonçait déjà avec le Spirit, Eisner se libère des contraintes du format comic book. Il s’autorise une pagination plus fournie et recherche un public plus adulte avec une ambition littéraire affichée. Le dessin prend alors tout son sens, la composition des planches est repensée, les cases ou les phylactères disparaissent.

Sur le fond, Eisner aborde des sujets plus intimes comme son rapport avec Dieu ou son enfance dans un quartier populaire de New York, ville qui sera au cœur de nombre de ses albums.

« L’Esprit de Will Eisner » est un bel hommage, certes non-exhaustif et moins complet que l’expo consacrée à Angoulême en 2017, mais riche de nombreuses planches originales et de publications des années 40 et 50. Des premières aventures du Spirit aux récits plus personnels, elle donnera envie aux fans de l’auteur et à ceux qui ne le connaissent pas encore de se (re)plonger dans son œuvre riche et variée. Mention spéciale pour la pièce dans laquelle sont pendues des cases extraites des histoires du Spirit, qui immerge le visiteur dans les ambiances sombre du polar.

Au rez-de-chaussée du musée, une autre belle exposition, qui prend le contrepied du New York proposé par Eisner. est consacrée à l’illustrateur François Avril. Une autre façon de voir Manhattan à travers une quinzaine d’œuvres, plus lumineuses, plus épurées. À ne pas manquer.

___________________________

Expositions « L’Esprit de Will Eisner » et « François Avril – Manhattan ».
Musée Thomas-Henry de Cherbourg-en-Cotentin.
Du 28 mai au 29 août, entrée gratuite.

Photos © BoDoï

___________________________

Exposition L'Esprit de Will Eisner
Exposition L'Esprit de Will Eisner
Exposition L'Esprit de Will Eisner
Exposition L'Esprit de Will Eisner
Exposition L'Esprit de Will Eisner
Exposition L'Esprit de Will Eisner
Exposition L'Esprit de Will Eisner
Exposition L'Esprit de Will Eisner
Exposition L'Esprit de Will Eisner
Exposition L'Esprit de Will Eisner
Exposition L'Esprit de Will Eisner
Exposition L'Esprit de Will Eisner
Exposition L'Esprit de Will Eisner
Exposition L'Esprit de Will Eisner
Exposition L'Esprit de Will Eisner
Exposition L'Esprit de Will Eisner
Exposition L'Esprit de Will Eisner
Exposition L'Esprit de Will Eisner

L’expo François Avril – Manhattan

Exposition François Avril - Manhattan
Exposition François Avril - Manhattan
Exposition François Avril - Manhattan
Exposition François Avril - Manhattan
IMG_20210527_155610 OK
Exposition François Avril - Manhattan
Exposition François Avril - Manhattan
Exposition François Avril - Manhattan

 

Publiez un commentaire