Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 21, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

10 Comments

Nous ne serons jamais des héros **

7 juin 2010 |

No titlepasmalPar Frédérik Salsedo, Olivier Jouvray et Greg Salsedo. Le Lombard, 15,50€, le 4 juin 2010.

Mick est un loser, spécialiste de la glande sur canapé devant la télé. Ce chômeur peu motivé se dit en « GDI ou galère à durée indéterminée, abonné à l’intérim à vie ». Sa vie prend un tournant quand son père malade, avec lequel il entretient des rapports en pointillés et pas forcément bons, lui propose de l’accompagner dans son tour du monde

heros_1Suivre un antihéros au gré de son cheminement, à la fois géographique et psychologique. Voilà l’idée d’Olivier Jouvray (Lincoln), le scénariste de Nous ne serons jamais des héros. On embarque volontiers sur les traces de Mick, malgré l’agacement que ce grand dadais – encore adolescent dans sa tête – suscite.

Mais au fil des pages, l’intérêt s’émousse: les personnages restent caricaturaux (le benêt qui évolue à grand peine, le père amer et vitupérant, la soeur coincée et avide), et l’on apprend peu de choses sur leur passé et leurs motivations. Reste le trait dynamique de Frédérik Salsedo (Ratafia), proche aussi de la caricature – graphique cette fois -, et mis en couleurs avec soin par son frère Greg Salsedo.

heros_2

Achetez Nous ne serons jamais des héros sur Amazon.fr

Commentaires

  1. j

    Je suppose que tout est une question de point de vue mais moi je n’ai pas trouvé les personnages carricaturaux, au contraire je les ai trouvés frappants de réalisme. Le ton est assez particulier, la pureté et la beauté des paysages visités étant souvent pourrie par l’amertume du père ou l’inaptitude du fils, alors que le rapport difficile entre les deux protagonnistes crée pas mal de situations comiques. Fin un peu déprimante quand même mais une bd qui fait réfléchir et prend par les sentiments. Un grand + pour le dessin et les couleurs également.

  2. j

    Je suppose que tout est une question de point de vue mais moi je n’ai pas trouvé les personnages carricaturaux, au contraire je les ai trouvés frappants de réalisme. Le ton est assez particulier, la pureté et la beauté des paysages visités étant souvent pourrie par l’amertume du père ou l’inaptitude du fils, alors que le rapport difficile entre les deux protagonnistes crée pas mal de situations comiques. Fin un peu déprimante quand même mais une bd qui fait réfléchir et prend par les sentiments. Un grand + pour le dessin et les couleurs également.

  3. CosmicDagobert

    Tres beau livre je recommande. c’est fort c’est drole. c’est passionnant. j’ai été touché.

  4. CosmicDagobert

    Tres beau livre je recommande. c’est fort c’est drole. c’est passionnant. j’ai été touché.

  5. Gilles

    L’histoire m’a fait penser à l’album de Boule et Bill « Globe Trotter », et le dessin completement caricature et outrancier des personnages réduit à néant la tentative intimiste, surtout qu’il se marie mal avec les décors réalistes (voire photographiques). Je trouve cet album raté et complaisant.

  6. Gilles

    L’histoire m’a fait penser à l’album de Boule et Bill « Globe Trotter », et le dessin completement caricature et outrancier des personnages réduit à néant la tentative intimiste, surtout qu’il se marie mal avec les décors réalistes (voire photographiques). Je trouve cet album raté et complaisant.

Publiez un commentaire