Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 8, 2016

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Politique qualité

8 juin 2016 |
SERIE
Politique qualité
DESSINATEUR(S)
SCENARISTE(S)
EDITEUR(S)
PRIX
23.00 €
DATE DE SORTIE
08/04/2016
EAN
2754803130
Achat :

Brest, 1971. L’inauguration de l’usine Ericsson apparaît comme une lueur d’espoir pour la population. Après des mouvements importants en mai 68, les Bretons obtiennent enfin le droit de travailler et de rester vivre dans la région dans un contexte de mondialisation où les entreprises commençaient déjà à déserter la région. 75% des effectifs de la nouvelle usine Ericsson sont des femmes, moyenne d’âge 23 ans. La plupart viennent d’un milieu paysan à priori sans culture syndicale. Très vite, l’espoir cède la place à la désillusion : des conditions de travail déplorables, le rachat de l’usine par diverses enseignes (Thomson, Alcatel, Jabil), et toujours plus de suppressions d’emplois pour aboutir à la fermeture définitive du site en septembre 2015.

politique_qualite_imageAprès leur licenciement, un groupe d’ouvrières se retrouve chaque lundi pour une marche, l’occasion pour elles de bavarder et de se souvenir des bons moments (et des moins bons) partagés ensemble. De là, naît l’idée de raconter leur histoire et celle des salariés de l’usine Jabil. Avec l’aide d’un metteur en scène, cette histoire prend la forme d’une pièce de théâtre intitulée Politique qualité, interprétée à Brest puis lors d’une tournée en France, et même en Algérie. Sur une idée du scénariste Kris, Sébastien Vassant a suivi ces femmes courage dans cette aventure hors du commun.

Sébastien Vassant nous avait déjà prouvé son talent à proposer des BD documentées et précises dans Juger Pétain, ou dans ses reportages pour La Revue dessinée. Grâce à un récit didactique structuré en chapitres, il expose la situation économique de la Bretagne des années 1960 ainsi que les conditions de travail des ouvrières. Il prend ensuite le temps de dresser un portrait de chaque femme participant au projet théâtre. Ce procédé permet au lecteur d’entrer dans l’intimité de chaque ouvrière et de comprendre leur confrontation au monde du travail, ainsi que leur entrée dans la lutte syndicale, et bien sûr la place des femmes dans la société des années 1960-70. Ces ouvrières interprètent leur propre rôle dans la pièce, tandis que des jeunes femmes d’aujourd’hui les incarnent lorsqu’elles étaient plus jeunes. On découvre donc grâce au pouvoir salvateur de l’art, de la parole, du collectif, plusieurs générations de femmes qui confrontent leurs expériences du monde du travail. Sébastien Vassant dévoile ici bien plus qu’une BD documentaire. En effet, le récit apparaît aussi comme une réflexion faisant terriblement écho à l’actualité sociale et suscite de nombreux questionnements : le rôle et l’utilité des syndicats, la crise de l’engagement dans la lutte syndicale, la précarité de l’emploi, le chômage… Faut-il tout accepter pour obtenir un emploi ?

Feuilletez des milliers de bandes dessinées gratuitement sur Sequencity

Publiez un commentaire