Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | September 18, 2019















Retour en haut de page

Haut de page

One Comment

Dans la valise de… Anlor

30 juillet 2019 |

« Dans la valise de… », Saison 3 ! Que lire, écouter, regarder, admirer pendant l’été ? En juillet et août, les auteurs et autrices de bandes dessinées vous confient leurs coups de coeur, récents ou non, en matière de BD, roman, série, film, disque, exposition, spectacle, ou toute autre forme artistique. Après Fabien Vehlmann, nouvelle étape avec Anlor, dessinatrice du récent et convaincant Camp Poutine.

9782878581904-475x500-1Un livre

Ou plutôt une écrivaine, pour moi la reine du roman noir : Fred Vargas. Je ne manque jamais le rendez-vous d’un nouveau roman avec elle, c’est un rituel ! Toutefois, si je ne devais en nommer qu’un, ce serait indéniablement Sous les Vents de Neptune. J’attends avec impatience de l’avoir un peu oublié pour le relire. Tout y est magistralement dosé pour nous tenir en haleine jusqu’aux dernières pages, et servir une fois de plus d’écrin à des protagonistes aux prises avec des crimes en série, mais surtout avec leurs démons intérieurs. La sensibilité est omniprésente dans l’écriture, et la brutalité côtoie sans cesse la poésie décalée d’un anti-héros touchant et asocial à la logique intuitive et sinueuse. Un pur moment de lecture.

Une série

J’en ai deux en tête, deux qui me collent à la peau depuis un certain temps, dans registres à peu près opposés. D’abord, la sublime, bouleversante et introspective The Leftovers : voyage parfait, sensoriel et tortueux au coeur des âmes de ses protagonistes (et de la nôtre au passage). Une série dont vous aurez curieusement besoin de parler quand vous la visionnerez !

En suite, la plus mainstream Marvel’s Daredevil, qui me fait regretter d’avoir tant de lacunes dans l’immense univers des comics : une adaptation à l’inverse du stéréotype manichéen que j’avais de ce genre; noire, dense, rugueuse et profondément humaine. Série à la fois brutale et subtile, on y perçoit toutes les failles de chacun, la souffrance qui en découle, la volonté de les transcender. Je ne m’attendais pas à un tel choc non plus dans la superbe gestion formelle, à tous niveaux.

Un disque

L’album v2.0 de Gogo Penguin, une incroyable formation jazz (mais en l’occurence, c’est tellement réducteur !) que j’ai découverte il y a peu. Comment un trio piano-contrebasse-batterie peut autant renouveler le jazz sans jamais le renier ? Comment établir ces nombreuses passerelles, notamment vers les musiques électroniques, sans pour autant recourir massivement aux effets studio ? Bon, le mieux c’est d’écouter car décrire la musique et les émotions qu’elle stimule en nous c’est compliqué : mais en gros c’est flamboyant, imprévisible, merveilleusement ciselé et ça frise même l’humour par moments. Excellent pour le bien-être de l’âme et des oreilles !

Commentaires

  1. loutra

    Assez peu de conseils BD dans la valise de nos auteurs et autrices ces temps-ci… dommage, c’est pour ça que, personnellement, je lis Bodoï : pour découvrir des BD intéressantes.

Publiez un commentaire