Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | November 19, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Les mangas colorisés valent-ils le coup?

2 décembre 2011 |

La question de la colorisation des mangas, pour mieux entrer en concurrence avec la bande dessinée occidentale, s’était posée avec les versions couleurs d’Akira. Elle revient sur le devant de la scène avec High School of the Dead.

high_school_of_the_dead_couleurs_couvDans la sempiternelle guéguerre confrontant les pro-mangas et les défenseurs du franco/belge, l’argument de la couleur est sans cesse remis sur la table (des négociations?) : « Nos BD n’ont que 46 pages par volumes, mais elles sont en grand format, et en couleurs ! », clament les uns. « Nos mangas sont en noir et blanc et format poche, mais ils ont près de 200 pages par volume ! », répondent les autres. Et que se passerait-il si un auteur nippon produisait alors un manga couleurs de grand format ? Shouji Sato relève le défi… Pour un pari réussi ?

Voyons déjà le fond de l’oeuvre : High School of The Dead est un thriller zombiesque… mais sexy ! En effet, dans un Japon inexplicablement envahi par des cadavres ambulants, nous suivons un classique groupe de survivants constitués par de jeunes étudiants nippons, dont une ribambelle de jolies donzelles aussi généreuses dans leurs formes que dans les distributions de pruneaux ! Un mélange classique mais parfaitement maîtrisé, rehaussé par des scènes d’action efficaces mais qui n’éclipsent pas pour autant la psychologie plutôt fouillée des protagonistes. Le fond est OK, passons à la forme… colorée.

high_school_of_the_dead_couleurs_imageQuand on décide de jouer dans la cour des BD en couleurs, il faut se préparer à être comparé à ses collègues made in France (voir made in USA). Et là, il y a du bon et du mois bon. Certes, 176 pages en couleurs pour un prix à peine plus élevé qu’un album classique franco-belge, c’est un argument de poids. Seulement, si les premières planches (illustratives) révèlent des couleurs et des ambiances somptueuses, ce qui suit ressemble plus à un travail fait à la chaîne, certes honorable, mais hélas un peu mécanique. Que ce soit pour une scène de suspense, un moment intimiste ou un déferlement gore, ou quel que soit le moment de la journée (matin, après-midi, soir), tout se présente presque dans une même tonalité aquarellée, parfois grisâtre… Evidemment, il est difficile de rivaliser avec le talent et l’éclectisme de certains coloristes occidentaux sur un tel nombre de planches, et si le résultat aurait pu être meilleur, il n’en reste pas moins correct.

Dans la même catégorie du manga en couleurs, on préférera peut-être le travail de Buichi Terasawa sur ses mangas de Cobra (chez Taïfu), certes parfois kitsch mais généreux dans les ambiances variées et exotiques. Ou encore les magnifiques et oniriques Jeanne et Jésus de Yoshikazu Yasuhiko (chez Tonkam). Néanmoins, s’il n’est pas un achat indispensable pour les lecteurs de la première version en noir et blanc, cette version couleur de High School of the Dead constitue un objet de curiosité pour les profanes, voire pour un nouveau public constitué de lecteurs de BD franco belges ! Pourquoi pas ?

Kara

PS: si vous cherchez réellement une version couleur de qualité de ce titre, vous pouvez également vous rabattre sur l’excellente adaptation en série TV animée, disponible en streaming légal sur la chaîne Dailymotion de l’éditeur Dybex.


High School of the Dead Eps 12 – Final ! par dybex

_________________________

bouton_nbdHigh School of the Dead #1-2 – éd.couleur.
Par Shouji Sato et Daisuke Sato.
Pika, 14,50 €, novembre/décembre.

Achetez-le sur Fnac.com
Achetez-le sur Amazon.fr

_________________________

Publiez un commentaire