Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | December 16, 2018

Retour en haut de page

Haut de page

One Comment

Que valent les premiers mangas de Vega ?

4 octobre 2018 |

logo-vega-editionsNous étions les premiers à leur consacrer une interview suite à l’annonce de leur lancement, et voilà enfin le jour de sortie des premiers titres du label Vega du groupe Steinkis. Ce nouvel arrivant sur le marché du manga a pour vocation de proposer un catalogue dans lequel le seinen trouvera une place centrale. Revue de détails.

Au niveau du prix des titres de sa première collection « Seinen », l’éditeur a voulu jouer franc-jeu, en mettant un prix rond proche de ce que font les autres éditeurs du marché : 8 €. Pour ce qui est de l’édition en elle-même, Vega reste aussi dans les normes classiques en proposant des volumes au papier souple, opaque et une impression qualitative chez Aubin, l’un des imprimeurs spécialistes du manga en France. Les tomes sont munis de jaquettes mates, mais celles-ci n’ont pas de traitement particulier qui pourrait les démarquer de la concurrence. Elles semblent ne pas avoir de pelliculage de finition et font ainsi ressortir la matière de leur encrage.

Pour ses trois premières sorties, Stéphane Ferrand s’offre les services de la traductrice Satoko Fujimoto, déjà connue pour son travail dans le milieu sur plusieurs dizaines de titres et séries. Quelques coquilles, oublis et erreurs de jeunesse parsèment cependant ces premiers mangas, qui auraient gagné à être mieux relus. Cela ne gâche pas pour autant la lecture, mais on espère que cela sera rapidement corrigé pour les prochains volumes.

Outre ces aspects, qu’avons-nous finalement pensé des 3 titres qui lancent ce nouvel acteur du marché du manga ? Réponses ci-dessous par ordre croissant de préférence :

Survivant – L’histoire du jeune S

Survivant 1Une excursion en montagne tourne à la grande catastrophe suite à un séisme. Satoru se retrouve pris au piège dans une grotte. À présent seul au monde, « le jeune S » va devoir se débrouiller pour survivre en pleine nature. Reprenant le manga original Survivant de Takao Saito en le modernisant, Akira Miyagawa propose un véritable reboot, réadaptant à sa sauce de nombreuses scènes clés tout en ajoutant quelques-unes inédites.

Moins touffue que l’original, cette histoire survole un peu le propos sans réellement donner corps à son récit. Trop rapide et trop chanceux, Satoru s’en sort pour l’instant de manière bien peu naturelle et convaincante. La voix off, qui a un rôle primordial et didactique dans la première version, perd ici de sa superbe en étant trop systématiquement confinée à la description de l’action. Le dessin au style crayonné colle bien à l’action même s’il est parfois imprécis ou trop tramé.

Pas mauvaise en soi, cette réécriture de Survivant n’est pas au niveau de son prédécesseur. Il en reste un récit sympathique, mais pas encore passionnant ni vraiment engageant. Il lui faudra développer de l’empathie pour son personnage, suspense et tension narrative afin de réellement happer le lecteur dans cette série de survie.

Tome 2 le 8 novembre 2018.

Planches Survivant

Deep sea aquarium MagMell

Deep sea Aquarium MagMell 1Premier aquarium situé à plusieurs centaines de mètres de profondeur, MagMell propose de découvrir en exclusivité mondiale la vie sous-marine des abysses. Fanatique des animaux marins, Keitaro Amagi est technicien de surface de ce lieu unique. Grâce à sa passion et l’intervention du directeur des lieux, il va pouvoir aller au plus près de ces créatures des profondeurs.

Grâce à une couverture très attirante et intrigante, difficile de ne pas ouvrir ce premier tome plein de promesses. Si l’intérieur n’est pas aussi merveilleux que le laissait entrevoir la jaquette, la délicatesse du trait à mi-chemin entre les normes du shônen et du shôjo fait son effet. L’ensemble est joli, accueillant et propose une ambiance calme et douce. Les animaux sont représentés avec beaucoup de détails et d’attention. On sent vraiment que Kiyomi Sugishita aime son sujet et qu’elle a envie de faire découvrir les abysses au travers de ses personnages. Si c’est encore un peu vide au niveau des enjeux et du fond, les relations humaines prennent une place importante et l’intrigue annonce de belles choses pour la suite. Avec seulement deux tomes au compteur pour le moment, l’attente sera longue, mais devrait valoir le coup.

Tome 2 début 2019.

Planches MagMell

Peleliu – Guernica of paradise

Peleliu 1À travers un reportage télévisuel traitant de la bataille de Peleliu, Kazuyoshi Takeda découvre le passé guerrier de cette île paradisiaque. Son manga est donc inspiré de faits réels : il nous fait voyager dans le temps jusqu’à l’été 1944, à l’aube d’une confrontation entre 40000 soldats américains et 10000 japonais. Terrés dans une base souterraine qu’ils ont creusée à proximité l’aéroport de l’île, les soldats nippons sont continuellement bombardés. Le héros, soldat malgré lui, découvre l’horreur de la guerre à travers de ses yeux de novice. Tout commence par un jeu de cache-cache macabre avant de laisser place à des combats rapprochés sanglants. Percutant.

Les situations de guerre de ce manga ne font pas dans les actes héroïques, mais décrivent la réalité crue d’un champ de bataille. Le parti-pris graphique quasi cartoonesque fonctionne très bien et permet de rendre accessible et dédramatiser le propos. On pense inévitablement à Opération Mort de Shigeru Mizuki, que ce soit pour l’aspect graphique des personnages, la thématique et même le traitement qui est assez proche. Un coup de cœur qui comporte 5 tomes au Japon pour le moment et promet des scènes puissantes et bouleversantes présentées en toute retenue.

Tome 2 le 8 novembre 2018.

Planches Peleliu

Et 2019 dans tout ça ?

À quelques jours de son lancement, l’éditeur a tenu à annoncer trois titres des éditions Kodansha à paraître chez lui en 2019, dans des interviews données à Animeland et Manga News. Un thriller policier qui interrogera sur l’identité : Le Navire de Thésée de Toshiya Higashimoto (5 tomes au Japon – en cours). Un titre humoristique mettant en scène un auteur de mangas affriolants qui cache son travail à sa fille : Kakushigoto de Kôji Kumeta (6 tomes au Japon – en cours). Et enfin, un manga de zombie mignon et comique à destination du jeune lectorat : Zozo Zombie de Yasunari Nagatoshi (11 tomes au Japon – terminé).

Futurs titres Vega

Avec ces 6 titres et autant de thématiques et styles totalement différents Vega compte honorer sa promesse de montrer « la richesse scénaristique et la variété des styles proposés par le seinen ». On peut aussi souligner la prise de risque de Stéphane Ferrand, qui n’hésite pas à se lancer dans une longue série jeunesse et un titre d’un auteur ayant déjà eu du mal à trouver son public en France (Kôji Kumeta étant le mangaka de Sayonara Monsieur Désespoir dont Pika peine à sortir la suite faute de ventes satisfaisantes).

Pour 2019, ce seront « une dizaine de nouvelles séries et une quarantaine de volumes ». Qu’on espère à la hauteur de l’ambition de Vega.

Commentaires

  1. Merci pour ces différents avis ! J’étais fortement attiré par Deep sea aquarium MagMell, et je pense que je vais donc craquer.

Publiez un commentaire