Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

BoDoï, explorateur de bandes dessinées – Infos BD, comics, mangas | January 21, 2017

Retour en haut de page

Haut de page

No Comments

Noël 2015 : beaux livres et intégrales (6)

17 décembre 2015 |

Voici notre dernière sélection de beaux livres et intégrales pour les fêtes, pour vos courses de dernière minute en librairie. À compléter avec nos précédentes sélections : ici, et , et encore et ici.

lArt-de-MorrisL’Art de Morris

« Il y a une énigme Lucky Luke : sa place incomparable dans l’imaginaire collectif semble inversement proportionnelle à sa discrétion au sein du paysage de la bande dessinée et de son discours. » L’auteur et éditeur Jean-Christophe Menu, à qui l’on doit cette analyse, considère le cow-boy comme un « grand absent », tout simplement. Le justicier flegmatique fêtant ses 70 ans en 2016, le voilà honoré à Angoulême (par une exposition au Musée de la bande dessinée, jusqu’au 18 septembre 2016). Son créateur, Morris, fait l’objet d’un ouvrage publié par Dargaud. Très richement illustré, et superbement mis en page – des cases s’étalent majestueusement sur une page entière, voire une double page –, il commence par rappeler la genèse de Lucky. Grand admirateur d’Hergé, Morris affine dix ans durant son personnage de poor lonesome cowboy. Avec Franquin (avec lequel il travaille, ainsi que Peyo, pour un studio d’animation), il vole à l’entrée des cinémas des photos de diligence ou de saloon pour nourrir ses décors. Sous influence de Mad Magazine, son héros comique et bagarreur évolue, parodiant davantage les westerns américains. En 1955, René Goscinny entame une collaboration avec Morris, rédigeant le scénario du neuvième épisode de Lucky Luke. La série entre dans un véritable « âge d’or », atteignant une maestria narrative et une belle lisibilité graphique. De façon simple et précise, le livre détaille la composition des planches, le choix des couleurs, les doutes et difficultés de Morris… aliceAuxPaysDesMerveilles Il décrit aussi les principaux personnages. Donnant accès à une formidable somme sur « Lucien le chanceux ».

Dargaud, 312 p., 45€.

Alice au pays des merveilles

Pour fêter les 150 du roman de Lewis Carroll, la collection Métamorphose des éditions Soleil publie une belle version d’Alice au pays des merveilles, encore plus luxueuse que le récent Pinocchio par Jérémy Almanza. Cette fois, c’est Benjamin Lacombe qui se penche sur ce texte incontournable de la littérature jeunesse, et de la littérature tout court. Dans un volume classieux, dos toilé et tranche-fil, on se replonge dans cette folle histoire de petite fille et de lapin blanc, au gré d’une maquette aérée et jouant avec la typographie, insérant des visuels intrigants en noir et rouge, puis de grandes images peintes, en pleine page ou même dans des pages à déplier. Ambiance flamboyante, gothique et ambiguë, voilà une nouvelle interprétation d’Alice qui vaut le détour.

Soleil/Métamorphose, 296 p., 29,95 €.

la-brigade-chimerique-integraleLa Brigade chimérique

Parus en seulement deux ans – entre 2009 et 2010, les six tomes de La Brigade chimérique nous avaient enthousiasmés. Pour la première fois depuis longtemps, deux auteurs français, Serge Lehman et Fabrice Colin, osaient s’attaquer au mythe du super-héros. Moins pour proposer un énième récit de genre que pour en retracer la généalogie européenne et tenter d’interroger les seules questions qui vaillent : pourquoi n’y a-t-il plus de super-héros en Europe ? quid du statut des surhommes et de leur pouvoir ? Une première intégrale regroupait déjà les six tomes en 2012. La réédition de cette intégrale fait apparaître une nouvelle couverture, élégante et sobre, le tout accompagné d’un ex-libris inédit. Mélangeant disciplines (psychologie, philosophie, Histoire, politique, science), personnages réels et fictifs ou grandes figures recyclées de la littérature européenne, les auteurs tissent une intrigue complexe mais lisible, portée par le dessin de Gess dans une veine comics dynamique, façon Mike Mignola. Entre fantastique et analyse féconde, ne manquez donc pas ce comics à la française.

L’Atalante, 330 p., 39 €.

Le Courant d’art — De Mondrian à Byrne

courant-dArt-bezian

« Le noir, les trois couleurs primaires, et des angles droits suffiront à notre expression ! », s’exclame Piet Mondrian dans cet album. Le surprenant Frédéric Bézian utilise à peine plus d’outils graphiques dans ce Courant d’art. L’auteur d’Aller-retour  ou de Docteur Radar publie un curieux livre-accordéon que l’on peut explorer en deux sens, complétant une histoire par une autre. D’un côté, le mathématicien Oliver Byrne, féru de formes géométriques au XIXe siècle. De l’autre, au début du XXe siècle, Mondrian qui s’inspire du livre The Elements of Euclid, de Byrne, tandis que l’architecte Walter Bauhaus pose les fondements du Bauhaus… En virtuose, Bézian joue des formes, des teintes et des concepts, pour un récit à tiroirs ultra-référencé, fascinant.

Soleil, coll. Noctambule, 54 p., 18,95€.

Malabar – Histoires de bulles

malabar-couvUn gros bouquin sur un chewing-gum rose ? Bizarre comme idée. Pas tant que ça quand on y regarde de plus près. Alain Lachartre, grand amateur de dessin et ancien directeur artistique de Malabar, plonge ici dans l’histoire graphique et publicitaire de cette confiserie, dont l’image est irrémédiablement associée au dessin. En effet, le héros étendard de la marque est ce blondinet musculeux, gentil et malin, qui vit de folles aventures dans la mini-BD emballant le chewing-gum. Et des grands noms ont signé ces petites cases, tels Uderzo (des extraits d’Astérix, en fait), Rosy, François Avril, Frank Margerin et même Régis Loisel ! Au-delà de ces clins d’oeil amusants, ce beau volume publié par Dupuis est un modèle de décorticage de la communication d’une marque destinée à la jeunesse, avec ses modes, ses interdits, ses habitudes et ses ambitions. Intéressant.

Dupuis, 384 p., 28 €.

 

Sélection réalisée par Benjamin Roure, Laurence Le Saux et M. Ellis

Publiez un commentaire